Attentats de Copenhague : des fleurs déposées là où le tueur présumé a été abattu créent la polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentats de Copenhague : des fleurs déposées là où le tueur présumé a été abattu créent la polémique
©

Curieux hommage

Attentats de Copenhague : des fleurs déposées là où le tueur présumé a été abattu créent la polémique

"J'imagine que ces fleurs sont de la part des gens qui soutiennent ce qu'il a fait", s'est indigné un riverain auprès de France 24.

Alors que Copenhague peine à se remettre des attentats survenus ce weekend, des gerbes de fleurs déposées à la mémoire du tueur présumées créent le malaise. En effet, des dizaines de bouquets et de bougies ont été laissées dans le quartier populaire de Nørrebro où Omar El-Hussein a été abattu. La plupart des habitants sont révoltés.

"J'imagine que ces fleurs sont de la part des gens qui soutiennent ce qu'il a fait", explique notamment un riverain "choqué" à  France 24. "Je pense que c'est dommage qu'il soit mort, mais il ne devrait pas y avoir de fleurs", confie un autre résident du quartier au journal suédois Aftonbladet.

Evidemment, les politiques ont immédiatement réagi. Sur Twitter, Pape Poulsen, président du parti conservateur Danois, dénonce un geste "stupide, irrespectueux et inhumain". Engel-Schmidt, figure de la gauche danoise, quant à lui, dit "ne pas comprendre" cette initiative craignant qu'elle ne divise encore plus la société.

Sur Facebook, certains expliquent pourquoi ils ont tenu à déposer des fleurs. Une habitante déclare l'avoir fait pour "exprimer (sa) condoléance à la famille d'Omar El-Hussein", assurant toutefois n'avoir "aucune sympathie" pour les crimes du tueur présumé. Pour d'autres, le geste est surtout religieux. "Je le fais parce qu'il était musulman et parce que je le connaissais, raconte notamment Sanna Al-Baltam, un voisin décrit par la chaîne danoise TV2 comme un "délinquant notoire du quartier", ajoutant : "Nous ne sommes pas sûr que c’est lui qui a commis [les attentats]. Et si c’est lui, il n'a rien à voir avec l'Islam que je pratique. Si c’est bien lui, il doit avoir été manipulé". 

"Il y a des amis qui sont tristes pour lui. Pas pour ce qu'il a fait. Ça, c'est autre chose. Je le voyais quand il vivait ici. Il était normal, très bon à l'école. Ensuite il est allé en prison, et il est ressorti transformé, comme si c'était une autre personne", témoigne un épicier du quartier à France 2. "C'est le jeune de 22 ans que l'on pleure, pas le terroriste", conclut quant à lui un Danois auprès d'un journaliste présent sur place pour RMC.  

Mais tous les musulmans n'ont pas apprécié cette hommage fleuri. Ainsi, ce lundi 16 février dans l'après-midi, sous les yeux des journalistes étonnés, de jeunes musulmans sont venus en bande détruire l'autel. Interrogés par TV2, certains d'entre eux expliquent qu'il n'est pas dans la tradition musulmane de déposer des fleurs en mémoire des morts. Se décrivant comme "frères" d' Omar El-Hussein, ils considèrent qu'on l'a prématurément traité de "terroriste". Après avoir scotché au mur deux feuilles blanches où il était écrit en danois et en arabe: "Qu'Allah soit miséricordieux avec toi. Repose en paix", ils ont disparu dans le coin de la rue en criant "Allahu Akbar".

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !