Attentats de Bruxelles : le kamikaze Najim Laachraoui avait travaillé au Parlement européen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Najim Laachraoui, 24 ans, s'était rendu en Syrie en février 2013 pour intégrer les rangs de l'Etat islamique.
Najim Laachraoui, 24 ans, s'était rendu en Syrie en février 2013 pour intégrer les rangs de l'Etat islamique.
©

Enquête

Attentats de Bruxelles : le kamikaze Najim Laachraoui avait travaillé au Parlement européen

"L'un des individus ayant perpétré les attaques terroristes de Bruxelles a travaillé pour une entreprise de nettoyage en contrat avec le Parlement européen", explique l'institution dans un communiqué publié ce mercredi.

Selon des informations communiquées ce mercredi à l'AFP par plusieurs sources concordantes, l'un des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles, Najim Laachraoui, avait été employé pour deux jobs d'été au Parlement européen en 2009 et 2010. 

"L'un des individus ayant perpétré les attaques terroristes de Bruxelles a travaillé (...) pour une entreprise de nettoyage en contrat avec le Parlement européen" un mois en 2009 et un mois en 2010, explique un communiqué du Parlement européen. "Comme exigé contractuellement, l'entreprise de nettoyage avait alors fourni au Parlement européen la preuve de l'absence d'antécédents criminels de l'individu", précise l'institution.

Najim Laachraoui, 24 ans, s'était rendu en Syrie en février 2013 pour intégrer les rangs de l'organisation État islamique. Son signalement était réapparu le 9 septembre 2015, lors d'un contrôle, sous la fausse identité de Soufiane Kayal, avec Salah Abdeslam, suspect principal des attentats de Paris, et Mohamed Belkaïd, abattu lors d'une perquisition le 15 mars dans la commune bruxelloise de Forest.

>>>> À lire aussi : Sans défense face au terrorisme ? Pourquoi l'Europe doit entièrement revoir son dispositif sécuritaire né de 1945 si elle veut vraiment faire face à la menace

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !