Attentat du Bataclan : des victimes de l'attentat vont porter plainte contre l'entreprise chargée de la sécurité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attentat du Bataclan : des victimes de l'attentat vont porter plainte contre l'entreprise chargée de la sécurité
©Reuters

Justice

Attentat du Bataclan : des victimes de l'attentat vont porter plainte contre l'entreprise chargée de la sécurité

D'après des éléments de l'enquête, certains agents de sécurité n'exerçaient pas tous dans les règles.

Une sécurité remise en question. Selon une informationdu Point.fr,des victimes de l'attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan, au cours duquel 90 personnes ont trouvé la mort et des dizaines d'autres ont été blessées, vont porter plainte contre l'entreprise privée chargée de la sécurité ce soir-là, ainsi que contre certains de ses salariés.

D'après des éléments de l'enquête, plusieurs salariés n'exerçaient pas tous dans les règles. Certains agents en poste dans cette mythique salle de concerts le 13 novembre 2015, n'avaient pas, en effet, de carte professionnelle, obligatoire pour exercer ces fonctions.

"Cela peut paraître un détail. Mais pour les victimes, c'est une accumulation de détails sur la sécurité du Bataclan qui commence à faire beaucoup", a indiqué au Point l'avocat Bernard Benaïem, qui représente une quinzaine de victimes dans ce dossier. Certains pointent également du doigt le fait que l'établissement apparaissait comme cible potentielle. "Il faut comprendre la psychologie des victimes", estime l'avocat. "Au début, elles étaient très entourées et puis, le temps passant, d'autres attentats frappant le territoire, elles peuvent se sentir livrées à elles-mêmes. Elles peuvent avoir l'impression d'être des victimes à vie". 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !