Attentat de Londres : un deuxième suspect arrêté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Attentat de Londres : un deuxième suspect arrêté
©

Enquête

Attentat de Londres : un deuxième suspect arrêté

Un deuxième homme a été arrêté dans l'enquête sur l'attentat à la bombe commis vendredi dans le métro de Londres.

La police britannique a annoncé avoir arrêté samedi soir, aux alentours de 23h50, un deuxième suspect dans l’attentat à la bombe commis dans le métro londonien à Parsons Green. L’homme, âgé de 21 ans, a été interpellé dans la banlieue ouest de Londres, à Hounslow, a précisé la police dans un communiqué.  Il a été conduit dans un commissariat du sud de Londres. La police avait précisé samedi soir qu'elle recherchait d'éventuels complices.

Samedi matin, la police avait déjà annoncé avoir procédé à "une arrestation importante".  "Nous avons fait une arrestation importante dans notre enquête ce matin", avait-elle indiqué dans un communiqué. Elle s’est déroulée "dans la zone portuaire de Douvres" , qui permet notamment de se rendre dans les ports français de Calais et belge d’Ostende et a été réalisée par la police du Kent (sud-est de l’Angleterre). "Notre priorité (...) est d’identifier et localiser tout autre suspect potentiel", avait déclaré Neil Basu, un responsable de l’antiterrorisme au sein de la police londonienne lors d’un point presse.

L'attentat, le cinquième au Royaume-Uni depuis le début de l'année, a été perpétré à l'aide d'un "engin explosif artisanal", qui n'aurait pas totalement explosé, selon la police. L'Etat islamique a revendiqué l'explosion selon son organe de propagande Amaq. Après avoir refusé, toute la journée, à réhausser le niveau d'alerte, Theresa May a finalement décidé de le faire passer de sévère à critique.

Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !