Attentat de la rue Copernic : le principal suspect est arrivé en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentat de la rue Copernic : le principal suspect est arrivé en France
©

Justice

Attentat de la rue Copernic : le principal suspect est arrivé en France

Hassan Diab, le principal suspect de l'attentat de la rue Copernic, à Paris, en 1980, est arrivé ce matin en France après avoir été remis la veille aux autorités françaises à Montréal.

Trente-quatre ans après les faits qui lui sont reprochés, Hassan Diab, est arrivé ce matin à l'aéroport parisien de Roissy. Pris en charge par les policiers, cet homme de 60 ans, qui a la double nationalité libanaise et canadienne, devait être immédiatement transporté au palais de justice de Paris pour être présenté à un juge antiterroriste afin que lui soient notifiées les charges pesant contre lui.

L'attentat perpétré le 3 octobre 1980 à deux pas des Champs-Élysées, avait fait quatre morts et une quarantaine de blessés devant une synagogue. Il s'agissait du premier attentat mortel commis contre la communauté juive de France depuis la Libération.

Le mandat d'arrêt international rédigé par le juge antiterroriste Marc Trévidic vise les chefs "d'assassinats, de tentatives d'assassinats et de destruction de biens (...) par l'effet d'une substance explosive ou incendiaire commise en bande organisée".

Hassan Diab avait été arrêté le 13 novembre 2008 à la demande de la justice française. Il a toujours nié être impliqué dans la préparation ou l'exécution de cet attentat. "Mon client proteste de son innocence. La justice canadienne a elle-même considéré que les preuves contre lui étaient faibles. Nous allons continuer le combat mené au Canada pour que son innocence soit reconnue", a affirmé samedi son avocat Me Stéphane Bonifassi.

Lu sur La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !