Attentat de Berlin : 3 personnes arrêtées en Tunisie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentat de Berlin : 3 personnes arrêtées en Tunisie
©

Enquête

Attentat de Berlin : 3 personnes arrêtées en Tunisie

Ils seraient membres d'une "cellule terroriste (...) liée au terroriste Anis Amri qui a commis l'attaque de Berlin". Son neveu en fait partie.

L'enquête sur l'attentat de Berlin se poursuit, dans plusieurs pays, dont la France. Mais aussi en Tunisie où 3 personnes ont été arrêtées en lien avec cette affaire. Selon le ministre de l'Intérieur tunisien, ils seraient ainsi membres d'une "cellule terroriste (...) liée au terroriste Anis Amri qui a commis l'attaque de Berlin". On ignore encore le rôle qu'ils ont pu jouer dans l'opération qui a coûté la vie à 12 personnes. Selon le communiqué, ils ont entre 181 et 27 ans et étaient actifs "entre Fouchana, au sud de Tunis, et Oueslatia, ville de la famille Amri, dans le centre du pays." L'un d'eux est justement le neveu du terroriste et a avoué qu’il était "en contact avec son oncle à travers l’application cryptée Telegram pour échapper à la surveillance policière." Il aurait d'ailleurs reçu des sommes d'argent, par courrier, pour qu'il puisse le rejoindre en Allemagne.

Il semble indéniable que la préparation et peut-être la fuite d'Anis Amri ont été possibles grâce au soutien d'un réseau. On ignore par exemple, comment le terroriste a pu se procurer une arme ou la manière dont il a pu rejoindre l'Italie sans attirer l'attention des polices européennes

A LIRE AUSSI - La cavale d’Anis Amri sonne-t-elle le glas de l’espace Schengen ?

A LIRE AUSSI - Coup de chaud sur la campagne présidentielle : après l’attentat de Berlin, 94% des Français jugent la menace terroriste élevée en France

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !