Attaque d’un fourgon pénitentiaire : la Légion d’honneur décernée aux deux surveillants tués<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les deux agents tués lors de l’attaque d’un convoi pénitentiaire à Incarville, le 14 mai 2024, ont reçu la légion d'honneur à titre posthume ce mardi.
Les deux agents tués lors de l’attaque d’un convoi pénitentiaire à Incarville, le 14 mai 2024, ont reçu la légion d'honneur à titre posthume ce mardi.
©Christophe Petit-Tesson / POOL / AFP

Hommage

Les deux agents pénitentiaires Arnaud Garcia et Fabrice Moello avaient été tués dans l’attaque d’un convoi pénitentiaire à Incarville (Eure) le 14 mai 2024.

Selon un décret paru ce mercredi au Journal Officiel (JO), la Légion d’honneur a été décernée, mardi, à titre posthume, à Arnaud Garcia et Fabrice Moello, les deux agents tués dans l’exercice de leurs fonctions, lors de l’attaque d’un convoi pénitentiaire à Incarville (Eure), le 14 mai 2024, ayant permis de libérer Mohamed Amra. Tous deux sont nommés « au grade de chevalier » de la Légion d’honneur.

Arnaud Garcia était un « surveillant brigadier, agent d’escorte au pôle régional d’extraction judiciaire de Caen (Calvados) » et avait 15 ans de services. Fabrice Moello était lui responsable du pôle d’extraction judiciaire de Caen et avait 29 ans de services, détaille le JO. D’après la Chancellerie, ces deux agents pénitentiaires sont les premiers à être tués dans l’exercice de leurs fonctions depuis 1992.

Cela intervient le jour où un hommage national sera rendu à ces deux agents à la maison d’arrêt de Caen, prison où ils étaient basés. Cet hommage sera présidé par le Premier ministre Gabriel Attal en présence du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti.

Emmanuel Macron devait initialement présider la cérémonie mais il se rend en Nouvelle-Calédonie pour y « installer une mission » et est donc remplacé par le Premier ministre. Selon un communiqué, l’intersyndicale perçoit l’absence du chef de l’État comme un « coup de massue ».

Selon Éric Dupond-Moretti, le chef de l’État a toutefois rencontré les familles d’Arnaud Garcia et Fabrice Moello, ce mardi avant de partir en Nouvelle-Calédonie. « Avant son départ pour Nouméa, le Président a tenu à échanger personnellement avec les familles des deux agents pénitentiaires décédés en service la semaine dernière », a indiqué l’Élysée. Emmanuel Macron « ne concevait pas de quitter Paris sans les rencontrer et leur présenter ses condoléances », a affirmé son entourage.

La Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !