Arthur s'exile au Luxembourg, Aurélie Filippetti le met en garde<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Je connais bien le Luxembourg, ce n'est sans doute pas pour le climat", a ironisé la ministre.
"Je connais bien le Luxembourg, ce n'est sans doute pas pour le climat", a ironisé la ministre.
©Fondapol

Exil fiscal

La ministre de la Culture a brandi la menace de l'aide au financement public contre les personnalités des médias qui s’exilent à l'étranger.

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a déclaré vendredi sur le plateau de Canal+ qu’il faudrait être “vigilant” avec les personnalités des médias qui partent à l’étranger "quand ils viendront frapper aux portes des chaînes de télévision françaises”.

Cette déclaration fait notamment allusion à l'animateur Arthur qui, selon un communiqué qui confirme les informations révélées par Mediapart,a transféré de Paris sa holding AWCG afin de se développer à l'international.Dans ce communiqué, il est également précisé que l'animateur allait continuer à payer ses impôts en France. Une assertion qui ne convainc pas vraiment la ministre de la Culture qui n'hésite pas à ironiser sur le climat du Luxembourg : "Je connais bien le Luxembourg, ce n'est sans doute pas pour le climat".

Aurélie Filippetti a également questionné le sens civique des personnalités comme Arthur :On constate qu'il y a des gens qui ont moins de sens civique que d'autre (...) On est dans une période de crise, on a dit qu'il y avait des efforts à faire pendant deux ans, tout le monde doit se serrer les coudes (...) Je dis qu'il faut avoir du sens civique quand on est en période de crise."

"Si jamais il y a de l’argent public qui intervient, ou si les chaînes relèvent du service public, il faudra être vigilant", a répété Aurélie Filippetti. "Je n’ai pas envie qu’on fasse de traitement de faveur pour des gens qui ne serrent pas les coudes avec l’immense majorité des Français qui ne sont pas dans les mêmes conditions qu’eux dans leur vie quotidienne", a conclu la ministre de la Culture et de la Communication.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !