Armes chimiques en Syrie : de nouvelles preuves de leur utilisation apportées par Human Rights Watch | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Armes chimiques en Syrie : de nouvelles preuves de leur utilisation apportées par Human Rights Watch
©Reuters

Se rejeter la faute

Armes chimiques en Syrie : de nouvelles preuves de leur utilisation apportées par Human Rights Watch

Laurent Fabius a quant à lui affirmé disposer de "14 éléments" prouvant qu'elles ont été utilisées dans les dernières semaines.

L'ONG Human Rights Watch a affirmé mardi dans un rapport qu'elle dispose de plusieurs preuves "solides" de l'utilisation de chlore dans des attaques en Syrie. S'alignant ainsi sur les positions de Paris et Washington, l'organisation affirme que de nouvelles attaques chimiques auraient été perpétrées au mois d'avril par le régime de Bashar al-Assad. En marge de ce rapport, Laurent Fabius a déclaré mardi à Washington qu'il était également en possession "d'au moins 14 éléments qui montrent que dans les semaines récentes, des armes chimiques en petite quantité ont été utilisées, notamment du chlore".

Human Rights Watch précise par ailleurs : "Les preuves suggèrent fortement que les hélicoptères du gouvernement syrien ont largué des barils contenant des cylindres de chlore sur trois villes du nord de la Syrie à la mi-avril". En Syrie, le régime de Bashar al-Assad et les rebelles se rejettent la responsabilité de ces attaques. A l'instar de Human Rights Watch, les militants de l'opposition affirment eux aussi que le chlore a été largué dans des barils depuis des hélicoptères, dont seul le régime dispose.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !