Arles : un mur pare-balles érigé devant une école pour protéger les enfants des tirs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La famille du jeune Marwane participe à une marche commémorative pour rendre hommage à l'adolescent, le 2 juillet 2022
La famille du jeune Marwane participe à une marche commémorative pour rendre hommage à l'adolescent, le 2 juillet 2022
©CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Radical

Arles : un mur pare-balles érigé devant une école pour protéger les enfants des tirs

Il y a un plus de deux semaines, le jeune Marwane, 15 ans, a été tué par balles à proximité de son établissement scolaire

Quelques semaines après la fusillade qui a coûté la vie à Marwane, un adolescent de 15 ans, la municipalité a décidé de construire un mur pare-balles de 2,40m de haut devant une école du quartier de Griffeuille. Ce mur remplacera le portail en fer de l’école afin de protéger les élèves de possibles tirs d’armes à feu.

Comme l’indique BFMTV, sa construction est une décision commune de la direction de l’établissement scolaire, du rectorat d’Aix-Marseille mais aussi de la ville d’Arles.

Mandy Graillon, adjointe à la mairie d’Arles en charge de la sécurité, donne des justifications concernant cette décision : « La proximité du trafic, qui a lieu malheureusement très près de cette école, fait que le fait de faire ce mur sert à la préserver et dire que ce qu’il se passe dans cette école, reste dans cette école ». « L’école doit être un lieu préservé de ce qu’il se passe à l’extérieur et n’importe qui ne doit pas pouvoir passer, alpaguer les enfants, parler aux enfants », ajoute l’élue. 

Transporté en urgence à l’hôpital, l'adolescent n’avait pas survécu à ses blessures. Plus de 2000 personnes avaient participé à une marche pour lui rendre hommage et le maire de la ville, Patrick de Carolis, avait décrété un deuil municipal de trois jours.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !