Areva pourrait supprimer 4000 postes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Areva pourrait supprimer
4000 postes
©

Dégraissage

Areva pourrait supprimer 4000 postes

Une révision des investissements après Fukushima serait en cause ; ces chiffres seront précisés mi-décembre.

Pour une source proche d'Areva, l'annonce de chiffres de licenciement est de la "spéculation pure". Même si la source en question admet qu'un "plan d'action stratégique du groupe est en cours de réalisation". Mais pour Le Figaro, qui révèle l’information vendredi, Areva s'apprête clairement à licencier, entre 3 000 et 4 000 personnes. Les chiffres seront fixés, selon le quotidien, le 12 ou le 13 décembre. Selon une source syndicale, un comité de groupe européen se tiendrait les 26 et 27 octobre en présence de Luc Oursel, le nouveau président du directoire.

Le cabinet Boston Consulting Group, auquel le groupe de nucléaire s'est adressé, préconiserait une réduction des coûts de 30% pour affronter la période actuelle. Après Fukushima, Areva doit en effet affronter un contexte de défiance vis-à-vis du nucléaire. Luc Oursel, a prévenu que des investissements pourraient être décalés, et que les finances devraient être redressées. Areva envisagerait par ailleurs d'arrêter certaines activités en Allemagne à l'horizon 2022, alors que de nouvelles provisions dans les comptes sont à craindre face au coût de l'EPR finlandais et à la baisse du coût de l'uranium.

Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !