Déchéance : Après la sortie de Macron, l'entourage de Valls veut « couper les c... de ce petit con » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Déchéance : Après la sortie de Macron, l'entourage de Valls veut « couper les c... de ce petit con »
©Reuters

Valls vs Macron

Déchéance : Après la sortie de Macron, l'entourage de Valls veut « couper les c... de ce petit con »

Emmanuel Macron avait déclaré « On ne traite pas le mal en expulsant de la communauté nationale », mettant en difficulté le Gouvernement au moment du vote du projet de déchéance de nationalité.

La réforme de la déchéance de nationalité aura été difficile pour le Gouvernement tout au long. C'était Emmanuel Macron qui avait été le dernier à tacler le gouvernment, en déclarant devant la fondation France-Israel qu'« On ne traite pas le mal en expulsant de la communauté nationale ». Le ministre de l'Economie avait été immédiatement recadré par le premier ministre : « Macron soutient cette démarche. Il ne peut pas en être autrement ». Moins tendre, un membre de l'entourage de Manuel Valls aurait juré de « couper les couilles de ce petit con », rapporte ce matin Le Figaro.

Evidemment, la sortie du ministre de l'Economie avait fait le miel de nombreuses personnalités politiques. Certains membres des Républicains ont raillé la désunion de la gauche et le manque de discipline au sein du Gouvernement, alors que Christiane Taubira avait déjà démissionné en opposition à ce projet. Et des membres de la gauche de la gauche, comme Benoît Hamon et Aurélie Filippetti, ont salué cette sortie d'un homme qui était plus souvent leur adversaire idéologique. La sortie du ministre est évidemment un calcul politique de sa part : en sortant un coup à gauche et un coup à droite, il fait parler de lui et brouille le jeu, ouvrant potentiellement un chemin aux primaires.

A LIRE AUSSI : Macron candidat à la présidentielle ? Ce que trame le ministre de l'Economie pour 2017 (et les réseaux qui y pensent pour lui)

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !