Après 40 ans de prison, Michel Cardon va bénéficier d'une libération conditionnelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Après 40 ans de prison, Michel Cardon va bénéficier d'une libération conditionnelle
©AFP

Libre

Après 40 ans de prison, Michel Cardon va bénéficier d'une libération conditionnelle

Condamné en 1977 pour le meurtre d'un retraité, il avait évité de peu la peine de mort.

Michel Cardon sera bientôt libre. Emprisonné depuis 40 ans, il va bénéficier d'une libération conditionnelle, dès le 1er juin prochain. Agé de 67 ans, il était l'un des plus ancien détenus de France, si bien qu'il était surnommé le "détenu oublié." Il aurait bien pu finir ses jours en prison, si un ex-voisin de cellule n'avait pas contacté un avocat pour lui venir en aide, en 2016. A cette époque, l'ancien prisonnier décide de lui rendre visite. "J'ai été son premier parloir en trente-huit ans de détention", expliquait-il en février dernier au JDD.

En 1977, Michel Cardon et son complice Jean-Yves Defosse cambriolent un retraité à Amiens. Pour obtenir de l'argent, ils torturent le pauvre homme avant de le tuer. Pour un maigre butin (200 euros), les deux meurtriers se retrouvent aux Assises. Ils évitent alors de peu la peine de mort mais sont condamnés à la perpétuité.

S'il aurait pu réclamer une libération conditionnelle depuis longtemps, Michel Cardon semble avoir baissé les bras. "Je ne sais pas trop pourquoi il a baissé les bras car il avait son caractère, mais il a été cassé par toutes ces années", explique son ancien détenu à La Croix.

Touché par cette histoire, l'avocat Éric Morain va alors prendre le dossier en main et même demander une grâce à Emmanuel Macron. Le 15 mars dernier, le procureur d'Arras avait estimé "que le risque de réitération apparaissait désormais limité". Il sera placé dans un centre d'hébergement et de réinsertion du Val-d'Oise.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !