Apple cède aux appels de ses actionnaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Apple cède aux appels de ses actionnaires
©

Money

Apple cède aux appels de ses actionnaires

Le géant de l'informatique a décidé ce lundi de reverser une partie de ses profits aux investisseurs, alors que Steve Jobs s'y était toujours opposé.

Tim Cook, le directeur général d'Apple, en décidant de redistribuer 45 milliards de dollars à ses actionnaires sous forme de dividendes et d'un programme de rachat d'actions, a fait une infidélité à son mentor et ancien patron, le défunt Steve Jobs. Depuis son retour à la tête d'Apple en 1997, ce dernier avait toujours refusé de reverser une partie des profits générés aux actionnaires. Depuis la faillite qu'il avait évitée de peu à la fin des années 90, le co-fondateur d'Apple restait persuadé que la trésorerie du groupe n'était jamais trop importante pour faire face à d'éventuels imprévus.

Mais sous la pression des actionnaires, montée d'un cran l'an dernier à mesure que le groupe enregistrait des profits records, la firme californienne a finalement décidé de faire rejaillir son succès sur ses investisseurs. Un geste qui s'est immédiatement traduit par un nouveau plébiscite à Wall Street.

« En distribuant un dividende, Apple va enfin apparaître sur les radars des fonds d'investissement spécialisés dans les valeurs de rendement », estime Leslie Griffe de Malval, gérant chez IT Asset Management. C'est d'ailleurs ce que les dirigeants du groupe ont souligné en présentant leur nouvelle politique de dividende. « Nous allons pouvoir attirer de nouveaux actionnaires et élargir ainsi notre base d'investisseurs », a reconnu Tim Cook aujourd'hui.

Reste à savoir si cette redistribution ne sera pas de mauvais augure pour Apple. De nombreux observateurs craignent en effet que la décision de distribuer un dividende ne marque le début d'une perte de croissance d'Apple, comme ce fut le cas de Microsoft en 2005. L'engouement suscité par le lancement de l'iPad 3 vendredi a pourtant de quoi rassurer les marchés et assurer à Apple de nouveaux rendements records pour les mois à venir.

 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !