Amazon va déclarer ses revenus en France et donc y payer ses impôts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Amazon va déclarer ses revenus en France et donc y payer ses impôts
©REUTERS/Rick Wilking

Comme tout le monde

Amazon va déclarer ses revenus en France et donc y payer ses impôts

Depuis le 1er mai, le géant américain a commencé à acquitter en Allemagne, et non plus au Luxembourg, ses impôts sur les bénéfices qu’il réalise sur le sol allemand. Il a promis de le faire aussi dans l'Hexagone.

Amazon a-t-il décidé de rentrer dans le rang ? Depuis le 1er mai, le géant américain a commencé à acquitter en Allemagne, et non plus au Luxembourg, ses impôts sur les bénéfices qu’il réalise sur le sol allemand, a annoncé ce dimanche le quotidien Süddeutsche Zeitung. Selon une nouvelle information dévoilée ce mardi, il va également déclarer ses revenus dans d'autres pays (Royaume Uni, Espagne, Italie) comme la France, où il paiera donc aussi des impôts.

Amazon fait partie des grandes entreprises dans le collimateur de Bruxelles, à cause de ses montages fiscaux au Luxembourg et ailleurs. L'Union européenne estime en effet que certains grands groupes, comme Apple en Irlande, Starbucks aux Pays-Bas et Amazon et Fiat au Luxembourg, s'arrangent pour payer le moins d'impôts possible.

Amazon avait été au cœur d’une polémique au Royaume-Uni, en 2013, au moment où le montant de son imposition avait été révélé : il n'était que de 2,8 millions d’euros en 2012. Mais, officiellement, la décision d’Amazon d’acquitter des impôts dans certains pays d’Europe n’a rien à voir avec les déboires rencontrés depuis quelques mois par Amazon avec les autorités européennes, voire les fiscs nationaux, a précisé le porte-parole du groupe.

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !