Amazon : la nouvelle charge d'Aurélie Filippetti contre le géant américain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Aurélie Filippetti s'en prend encore à Amazon
Aurélie Filippetti s'en prend encore à Amazon
©Fondapol

Critique

Amazon : la nouvelle charge d'Aurélie Filippetti contre le géant américain

Dans un entretien au Monde, la ministre de la Culture a dénoncé les "pratiques inqualifiables" d'Amazon, en guerre contre Hachette sur le prix des livres numériques aux Etats-Unis.

Amazon est une nouvelle fois dans le viseur d'Aurélie Filippetti. Dans une interview accordée au quotidien 'Le Monde', ce mardi, la ministre de la Culture dénonce "les pratiques inqualifiables et anticoncurrentielles" du géant américain à l'égard d'Hachette aux Etats-Unis. Il faut dire que le géant américain milite depuis de longs mois en faveur d'une baisse des prix des livres numériques face à Hachette USA, numéro quatre de l'édition aux Etats-Unis et filiale du groupe Lagardère, qui maintient ses tarifs de 14,99 et 19,99 dollars. En conséquence, Amazon a adopté des mesures de rétorsion contre Hachette en allongeant par exemple les délais de livraison de ses livres et en bloquant les pré-commandes.

Une situation dénoncée par la ministre qui affirme : "C'est un abus de position dominante et une atteinte inacceptable contre l'accès aux livres. Amazon porte atteinte à la diversité littéraire et éditoriale." Alors que dimanche dans le New York Times, 900 écrivains, parmi lesquels Stephen King et Donna Tartt, ont dénoncé dans une tribune les pratiques d'Amazon, Aurélie Filippetti juge que "les auteurs qui ont signé la tribune ne sont pas tous publiés par Hachette, ils ont simplement conscience de l'intérêt général. Pour ma part, je défends l'écosystème du livre en entier, pas un acteur en particulier".

Pour rappel, le Parlement français a adopté le 26 juin une loi dite "anti-Amazon" qui empêche les vendeurs de livres sur internet d'offrir à leurs clients français à la fois un rabais de 5% sur le prix unique et la gratuité des frais de port, une possibilité jugée déloyale par les libraires français. Amazon a riposté en contournant habilement cette loi. Depuis le 10 juillet, les frais de port sont facturés seulement un centime d'euro. "Nous n'avions jamais dit que cette loi allait tout régler. C'était un combat politique. Nous savions qu'ils allaient chercher à la contourner. Nous avons agi par la loi pour que cette entreprise ne puisse pas utiliser l'argument commercial de la gratuité des frais de port. Ce sont des banderilles que nous continuerons à planter dans le flanc d'Amazon" se défend au Monde Aurélie Filippetti. La réponse d'Amazon ne devrait pas tarder...

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !