Alstom : Hollande affirme que l'Etat "maîtrise l'indépendance de la France en matière énergétique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Hollande devait évoquer Alstom
François Hollande devait évoquer Alstom
©Reuters

Revente

Alstom : Hollande affirme que l'Etat "maîtrise l'indépendance de la France en matière énergétique"

Le président de la République doit s'entretenir avec Martin Bouygues, actionnaire d'Alstom.

Il n'avait pas le choix. En pleines tractations avec les députés de sa majorité frondeurs sur le plan de stabilité, François Hollande ne pouvait pas faire l'impasse ce lundi sur le rachat d'Alstom. Alors que le groupe s'est donné deux jours de réflexion supplémentaires, le président de la République a souligné que "l'Etat a forcément son mot à dire" sur le dossier Alstom, dont la branche énergie est convoitée par le groupe américain General Electric et l'allemand Siemens.

L'Etat "maîtrise l'indépendance de la France en matière énergétique", a fait valoir le président de la République, affirmant n'avoir qu'un "seul critère", ce qui "sera le plus favorable à la création d'activité et à l'emploi" en France. Il s'exprimait à la Maison de la Chimie devant le corps préfectoral.

"Ceux qui imaginent que ce serait le marché qui détermine mes choix, que ce serait les acteurs privés seuls qui pourraient par les conventions et les contrats déterminer l'intérêt général, se trompent, de quel bord qu'ils soient", a prévenu François Hollande. Le chef de l'Etat avait indiqué un peu plus tôt dans la journée que les autorités françaises seraient particulièrement vigilantes sur trois points : l'emploi, la localisation des activités et l'indépendance énergétique de la France. 

Reçu à l'Elysée, le patron de General Electric a évoqué un dialogue "ouvert, amical et constructif". "Il était important d'entendre en personne le point de vue du président Hollande et de discuter de nos plans", a-t-il ajouté en précisant: "Nous sommes déterminés à travailler ensemble". Un peu plus tard, le PDG de Siemens, Joe Kaeser, a quitté l'Elysée sans faire de commentaire à l'issue de son entretien d'une heure avec François Hollande. Le président de la République doit encore s'entretenir, en présence du ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, avec Martin Bouygues, actionnaire de référence d'Alstom avec 29,4% du capital.

Siemens devrait confirmer mardi son offre pour une reprise partielle d'Alstom, a indiqué lundi une source proche du dossier, à l'issue de l'entretien du PDG du groupe allemand Joe Kaeser avec le président de la République François Hollande à l'Elysée. L'Etat estime qu'Alstom doit disposer du temps nécessaire pour examiner toutes les offres, a-t-on ajouté de même source, alors que l'américain General Electric a déposé une offre concurrente.



Alstom: "L'Etat a forcément son mot à dire...par BFMTV

Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !