Allocations familiales : les députés PS veulent d'abord "évaluer l'impact" d'une modulation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Allocations familiales : les députés PS veulent d'abord "évaluer l'impact" d'une modulation
©

On fait quoi ?

Allocations familiales : les députés PS veulent d'abord "évaluer l'impact" d'une modulation

Cette idée d'une modulation a émergé mardi lors d'une réunion du groupe socialiste et a reçu le soutien de nombreux participants.

L'idée d'une modulation des allocations familiales en fonction des revenus a refait surface. Lors d'une réunion du groupe socialiste, des députés ont en effet évoqué cette piste mardi soir juste avant la présentation, mercredi en conseil des ministres, du projet de budget de la Sécurité sociale pour 2015, qui prévoit 700 millions d'euros d'économies dans les prestations familiales. Une idée qui a fait des vagues.

Ce mercredi, Bruno Le Roux, le chef de file des députés a tenu à calmer le jeu en indiquant que les députés PS souhaitent "évaluer l'impact" d'une éventuelle mise sous condition de ressources des allocations familiales avant de proposer une telle mesure dans les débats budgétaires à venir"Entre une mesure de réduction des prestations à venir pour les familles et une mesure qui conditionne les prestations aux ressources (...) le groupe souhaite avoir une étude d'impact et évaluer ces deux mesures pour regarder ensuite celle qui correspond le mieux aux besoins des familles de notre pays" a-t-il expliqué à sa sortie de l'hémicycle.

Il a ajouté que les députés socialistes prendront sur la base de cette étude d'impact "une décision dans le cadre du débat budgétaire". Bruno Le Roux a expliqué que le groupe ne veut pas "enlever l'universalité" des allocations, "mais d'en moduler certaines en fonction des ressources des familles".

Pour lui, plusieurs questions se posent. "Où placer le curseur ? A partir d'où introduire une modulation ?" s'interroge-t-il. Une idée qui a en tout cas provoqué l'ire des autres partis. Aux yeux de l'UMP, "par touches successives on porte atteinte à la politique familiale, une des dernières politiques qui marche en France", a tancé Philippe Gosselin de l'UMP. "Si on veut jouer sur l'aspect redistributif, il faut fiscaliser les allocations familiales", a-t-il suggéré.

"Ce gouvernement et sa majorité sont incapables de trouver des ressources de financement en réformant les structures des dépenses publiques. Et ils considèrent que matraquer une fois de plus les familles, et pas seulement les familles aisées, est une solution. C'est insupportable, et nuisible pour la France", a dénoncé Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate. Le Front de gauche a également critiqué estimant que "l'universalité des prestations sociales" constitue un "acquis du Conseil national de la résistance".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !