Allemagne : Oskar Gröning, ancien comptable d'Auschwitz sera jugé à partir de mardi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Oskar Gröning était comptable à Auschwitz
Oskar Gröning était comptable à Auschwitz
©Reuters

70 ans après

Allemagne : Oskar Gröning, ancien comptable d'Auschwitz sera jugé à partir de mardi

Il est accusé d'avoir contribué à l'envoi dans les chambres à gaz de 300 000 juifs hongrois déportés au printemps 1944.

C'est un procès pas comme les autres qui s'ouvrira le 21 avril. L'accusé ne sera pas non plus comme les autres. Oskar Gröning, qui aura 94 ans le 10 juin, va être l'un des derniers soldats du IIIe Reich à comparaître afin de répondre des crimes du nazisme. Ancien comptable d'Auschwitz durant la guerre, il est accusé de "complicité de meurtres aggravés" par le tribunal de Lunebourg. Il aurait contribué à l'envoi dans les chambres à gaz de 300 000 juifs hongrois déportés au printemps 1944.

70 ans après la libération des camps de concentration et d'extermination, ce procès fait beaucoup parler en Allemagne. Gröning est dépeint en "rouage" de l'extermination. Il lui est reproché "d'avoir trié les devises des déportés pour les envoyer à Berlin et d'avoir assisté au moins une fois à la "sélection" séparant, à l'entrée du camp, les déportés jugés aptes au travail de ceux qui étaient immédiatement tués". Oskar Gröning revient devant les juges après avoir bénéficié d'un non-lieu en 1985 et assisté en tant que témoin dans trois procès. Sa mise en cause tardive confirme la rupture avec la ligne des tribunaux allemands pendant des décennies, souvent jugée trop indulgente. 

Des médias du monde entier ont déjà fait des demandes d'accréditation pour assister à ce procès extraordinaire, qui durera au moins jusqu'à fin juillet. Le New York Times, la BBC et même des télévisions russes suivront les débats.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !