Alain Vidalies et la nouvelle taxe sur les épargnants : "On n'attaque pas l'épargne des Français" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Alain Vidalies et la nouvelle taxe sur les épargnants : "On n'attaque pas l'épargne des Français"
©

Point de vue

Alain Vidalies et la nouvelle taxe sur les épargnants : "On n'attaque pas l'épargne des Français"

Le ministre des Relations avec le Parlement était l'invité de France Info ce jeudi matin.

La droite crie déjà au scandale ! Les députés ont voté mercredi soir une uniformisation du taux de prélèvements sociaux, à 15,5%. Sont concernés par cette mesure, certains contrats d'assurance-vie, plans d'épargne en actions (PEA) et plans d'épargne-logement (PEL).

Invité ce jeudi matin par France Info, Alain Vidalies a tenté de justifier cet acte. "On n'attaque pas l'épargne des Français. C'est une harmonisation des taux. Si vous avez une épargne et que vous ne la liquidez pas, vous ne payez rien. C'est au moment où vous vendez que vous payez effectivement, non pas un impôt mais une contribution pour la sécurité sociale" a dit le ministre des Relations avec le Parlement. Pour lui, cette "uniformisation" apparaît donc normale. C'est "assez naturel que l'ensemble des revenus supportent le même taux pour le financement de la sécurité sociale. (...) "c'est aussi une mesure de simplification vers le haut, une forme de justice" assure-t-il.

"Jusqu'à présent, les épargnants payaient en fonction du taux (en vigueur) au moment où cette épargne a été constituée. Et ensuite on calcule en fonction du taux existant l'année des intérêts. Là c'est une harmonisation" explique encore Alain Vidalies.


Epargne : Vidalies minimise la taxationpar FranceInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !