Alain Juppé dénonce "un accès de russophilie aiguë" à l'UMP | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Juppé montre, une nouvelle fois, sa différence
Alain Juppé montre, une nouvelle fois, sa différence
©Reuters

Guerre froide

Alain Juppé dénonce "un accès de russophilie aiguë" à l'UMP

L'ancien Premier ministre critiquait, devant les étudiants de l'ENS, les positions de Nicolas Sarkozy ou encore de François Fillon, sans pour autant les nommer.

Une fois de plus, Alain Juppé a décidé de ne pas faire comme les autres. Engagé dans la primaire de 2016, le maire de Bordeaux a cette fois critiqué les positions de plusieurs cadres, sans les nommer, pointant du doigt "un accès de russophilie aiguë" à l'UMP.

En février dernier, le président du parti Nicolas Sarkozy avait ainsi pris acte du rattachement de la Crimée à la Russie de Vladimir Poutine. "La Crimée choisit la Russie, on ne peut pas leur reprocher" avait-il expliqué lors d'un discours, sans aborder la question de la légalité de ce rattachement. François Fillon, de son côté, ne cache pas son amitié avec le président russe tandis que plusieurs députés UMP voient dans un rapprochement avec le Kremlin une façon de maintenir l'indépendance de la France, face aux Etats-Unis.

"Pour certains, cela consiste à renouer avec le gaullisme, plus ou moins adapté au 21ème siècle" a ironisé Alain Juppé. "La Russie est un grand pays" mais, "à un certain moment, il ne faut pas hésiter à dire à Poutine : stop. On n'annexe pas ses voisins," a-t-il tancé. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !