Alain Delon "approuve, pousse et comprend" la montée du Front national | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Delon "approuve, pousse et comprend" la montée du Front national
©

Soutien

Alain Delon "approuve, pousse et comprend" la montée du Front national

L'acteur français pense que le parti de Marine Le Pen sera "capable de passer de la parole aux actes" s'il obtient le soutien nécessaire.

Après Jean Roucas, un autre people vient de se poser en défenseur du Front national. Il s'agit cette fois du très médiatique Alain Delon, qui apporte un soutien implicite au FN dans les colonnes du quotidien suisse Le Matin. "Depuis des années, Le Pen père et fille se battent, mais ils se battent un peu seuls. Là, pour la première fois, ils ne sont plus seuls. Ils ont les Français avec eux. C'est important. Et que cela déborde sur Genève, c'est vachement important. Là-bas aussi il y a un ras-le-bol", estime-t-il.

Selon lui, "les gens en ont marre qu'on leur parle comme on le fait. Ils veulent de l'action, ils veulent autre chose. Ils ont connu une France différente sous de Gaulle ou même Mitterrand. (...) Ça, je l'approuve, je le pousse et le comprends parfaitement bien". Alain Delon fait également confiance au Front national "capable de passer de la parole aux actes" s'il arrive à avoir un électorat solide.

Jean-Marie Le Pen a accueilli positivement les déclarations du comédien. "Alain n'était pas Front national et n'avait pas d'engagement politique mais il a des opinions. Il exprime une opinion qu'il faut prendre telle qu'elle est. Je suis très heureux de m'apercevoir qu'un nombre de gens, qui se tenaient professionnellement à l'écart de la politique, considèrent que la situation est suffisamment grave pour qu'ils donnent leur point de vue de citoyen", a-t-il déclaré.

Selon un sondage Ifop pour Le Nouvel Observateur publié mercredi, le Front national arrive pour la première fois en tête des intentions de vote pour les élections européennes de 2014. Avec 24% des voix, le parti de Marine Le Pen se placerait devant l'UMP (22%) et le PS (19%). Une union UDI-MoDem ne séduirait, elle, que 11% des électeurs.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !