Agriculture : la France va perdre sa place de premier exportateur européen de blé au profit de l'Allemagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Agriculture : la France va perdre sa place de premier exportateur européen de blé au profit de l'Allemagne
©Reuters

Mauvaise récolte

Agriculture : la France va perdre sa place de premier exportateur européen de blé au profit de l'Allemagne

En raison d'une météo bien capricieuse au printemps, la France a connu une forte chute de rendement de ses champs de blé.

Encore une bataille économique perdu face au voisin allemand. En raison d'une météo bien capricieuse au printemps, la France a connu une forte chute de rendement de ses champs de blé. D'après plusieurs sondages et évaluations, de nombreux grains n'arriveront pas à maturité. La récolte française ne devrait finalement pas dépasser 28,68 millions de tonnes... contre 41 millions l'an passé

Selon le cabinet Agritel, la France va, en conséquence, perdre cette année sa place de leader européen des exportations au profit de l'Allemagne. Le cabinet de conseil estime que Paris disposera de 5,1 millions de tonnes à l'exportation hors UE, "soit une baisse de 60 % par rapport à 2015. Il faut remonter à 1983 pour trouver un rendement aussi bas.

Avec une perte de rendement de 26 % par rapport à la moyenne quinquennale des champs de blé français, "l'Allemagne va devenir premier exportateur européen vers les pays tiers", avec une production de blé estimée à 25,5 millions de tonnes, annonce Agritel. "Cela représente une perte de 2 milliards d'euros de l'excédent commercial seulement pour le blé, et de 3 milliards si on ajoute les autres cultures (orge, blé dur, pois, maïs...), poursuit le cabinet. Sur le reste du globe, les professionnels s’attendent, au contraire de la France, à une moisson record.

Lu sur les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !