Agression sexuelle : Ariane Fornia, la fille d'Éric Besson, maintient ses accusations contre l’ancien ministre Pierre Joxe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Agression sexuelle : Ariane Fornia, la fille d'Éric Besson, maintient ses accusations contre l’ancien ministre Pierre Joxe
©JOEL SAGET / AFP

Parole contre parole

Agression sexuelle : Ariane Fornia, la fille d'Éric Besson, maintient ses accusations contre l’ancien ministre Pierre Joxe

"Non seulement il n'aura pas mes excuses, mais je maintiens absolument tout ce que j'ai dit" a expliqué l'écrivaine au micro de RTL.

C'est désormais du parole contre parole. Accusé d'agression sexuelle par l'écrivaine Ariane Fornia à l'Opéra Bastille à Paris au printemps 2010, l'ancien ministre Pierre Joxe a condamné lundi "un tissu de contre-vérités" tout en demandant "des excuses écrites et publiques". Ce mardi, au micro de RTL, Ariane Fornia a maintenu sa version et qualifié "d'immonde et d'une obscénité inouïe" les demandes d'excuses de Pierre Joxe.

"Non seulement il n'aura pas mes excuses, mais je maintiens absolument tout ce que j'ai dit. C'est la vérité, il ment et je dis vrai. J'espérais naïvement que j'aurais des excuses de sa part, qu'il me dirait oui, j'ai eu un moment d'égarement, je suis désolé, etc., j'aurais été prête à (les) accepter", a expliqué l'écrivaine, également fille d'Eric Besson. Désormais, elle dit attendre "soit ses excuses", soit qu'il aille "jusqu'au bout de sa citation en diffamation".

Alors que Pierre Joxe avait relevé des incohérences dans l'accusation, elle rétorque : "Il en vient à discuter de Wagner et de comment ça se passe dans ces opéras, mais qu'il essaie de se souvenir de mes ongles dans le dos de sa main". Avant de manier une cruelle ironie : "On me pardonnera, lorsque j'ai été agressé sexuellement, d'avoir oblitéré le souvenir de ce qui se passait sur scène à cause de ce qui se passait sur ma cuisse".

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !