Agression d'un enseignant juif à Marseille : ce qu'a déclaré le jeune terroriste devant les enquêteurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Agression d'un enseignant juif à Marseille : ce qu'a déclaré le jeune terroriste devant les enquêteurs
©Reuters

Les aveux

Agression d'un enseignant juif à Marseille : ce qu'a déclaré le jeune terroriste devant les enquêteurs

Il n'éprouve aucun regret et voulait s'en prendre à la police pour mourir en "martyr".

L'auteur présumé de l'agression d'un enseignant juif à Marseille n'éprouve aucun regret. L'adolescent qui s'apprête à fêter ses 16 ans, a "revendiqué son geste et exprimé une certaine fierté", affirmant "qu'il avait agi seul", "au nom d'Allah" et du groupe Etat islamique, a noté BFMTV qui cite une source proche du dossier. Selon la chaîne d'information, le jeune homme aurait expliqué aux enquêteurs que s'il était parvenu à tuer sa cible, il l'aurait photographiée pour poster le cliché sur Twitter comme Yassin Salhi avait fait des selfies avec le corps décapité de son patron à Saint-Quentin-Fallavier.

Le jeune Turque, d'origine kurde, a avoué avoir acheté sa machette au début du mois de janvier "pour attaquer des juifs", après avoir vu "des Palestiniens s'en prendre à des juifs à l'arme blanche en Israël". Il a également précisé qu'il projetait de s'en prendre à la police avec un couteau afin de mourir en "martyr" sous leurs balles. L'adolescent se serait radicalisé discrètement de façon virtuelle grâce à Internet et aurait prêté allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef auto-proclamé de l'Etat islamique. L'adolescent est toujours entendu par les autorités dans le cadre d'une enquête pour tentative d'assassinat aggravé en raison d'une appartenance religieuse en lien avec une entreprise terroriste.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !