Âgée de 105 ans, la secrétaire de Joseph Goebbels sort du silence dans un film | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Âgée de 105 ans, la secrétaire de Joseph Goebbels sort du silence dans un film
©Capture d'écran Youtube

Témoignage

Âgée de 105 ans, la secrétaire de Joseph Goebbels sort du silence dans un film

"Je crois que les gens qui aujourd'hui disent qu'ils se seraient soulevés contre les nazis sont sincères, mais croyez-moi, la plupart ne l'auraient pas fait", estime Brunhilde Pomsel.

À l'occasion d'un entretien vidéo intitulé "A German Life", présenté au Festival du film de Munich, celle qui a été la secrétaire de Joseph Goebbels à partir de 1942 raconte son expérience 70 ans plus tard. Brunhilde Pomsel, qui a travaillé auprès du ministre de la Propagande d'Adolf Hitler, se livre sur les rouages du IIIe Reich, dont Joseph Goebbels a été l'un des plus hauts dignitaires entre 1933 et 1945. 

Citée par le quotidien britannique "The Guardian", Brunhilde Pomsel confie être impatiente de s'éteindre : "Dans le peu de temps qu'il me reste à vivre, que j'espère être des mois plutôt que des années, je m'accroche à l'espoir que le monde ne soit pas bouleversé de nouveau, comme à l'époque".

"Je crois que les gens qui aujourd'hui disent qu'ils se seraient soulevés contre les nazis sont sincères, mais croyez-moi, la plupart ne l'auraient pas fait (…) J'étais plutôt fière de moi que Joseph Goebbels me fasse confiance, mais aussi que mon enthousiasme à honorer cette confiance était plus grande que la curiosité d'ouvrir ce dossier", raconte-t-elle notamment. 

>>>> À lire aussi : "Mein Kampf, histoire d'un livre" : qui sont ceux qui achètent (et parfois plébiscitent) encore par milliers le brûlot antisémite de Hitler ?

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !