Afrique : pour rassurer la population, le Malawi détruit près de 20.000 des 100.000 doses de vaccins reçues fin mars, dont la date limite est dépassée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
AstraZeneca
AstraZeneca
©JOEL SAGET / AFP

Coronavirus

Afrique : pour rassurer la population, le Malawi détruit près de 20.000 des 100.000 doses de vaccins reçues fin mars, dont la date limite est dépassée

Le but est rassurer la population qui craint de se voir injecter un produit périmé

Les autorités sanitaires du Malawi ont annoncé avoir brûlé 19.610 doses expirées du vaccin contre le coronavirus AstraZeneca, pour rassurer le public sur le fait que les vaccins qu'il reçoit ne sont jamais périmés.

C'est le premier pays africain à le faire publiquement souligne la BBC

L'adoption du vaccin au Malawi a été faible et les agents de santé espèrent que cette décision augmentera la confiance du public.

Sur une population d'environ 18 millions de personnes, le Malawi a officiellement enregistré 34.232 cas confirmés de coronavirus et 1.153 décès

Le Malawi a reçu 102.000 doses du vaccin AstraZeneca de l'Union africaine le 26 mars et en a utilisé près de 80%.

Mais la date d'expiration sur les étiquettes était le 13 avril, les flacons ont donc été retirés de la chaîne du froid.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !