Affaire Zahia : Ribéry et Benzema finalement relaxés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Franck Ribéry et Karim Benzema peuvent être soulagés
Franck Ribéry et Karim Benzema peuvent être soulagés
©Reuters

Hors-jeu

Affaire Zahia : Ribéry et Benzema finalement relaxés

Les deux footballeurs poursuivis pour "sollicitation de prostituée mineure" ont obtenu gain de cause après quatre ans d'instruction.

La longue affaire Zahia a pris fin. Le tribunal correctionnel de Paris a en effet donné raison au procureur qui demandait la relaxe "pure et simple" des footballeurs Franck Ribéry et Karim Benzema. Selon lui, il était impossible de démontrer qu'ils étaient au courant de la minorité de Zahia Dehar. Poursuivis pour "sollicitation de prostituée mineure", les internationaux français qui n'étaient pas présents au procès, tout comme l'ancienne prostituée, ressortent donc blanchis après quatre ans de procédure.

Pour rappel, le scandale autour de l'affaire Zahia avait éclaté avant la Coupe du monde de football 2010. La Brigade de répression du proxénétisme avait donné les noms des deux joueurs de l'équipe de France. Zahia Dehar, qui était "escort girl", sur les Champs-Elysées avait affirmé avoir eu des relations tarifées avec Karin Benzema en 2008 puis avec Franck Ribéry l'année suivante à Munich. "Ce sont toujours les hommes qui m’ont fait des propositions. C’est pour cela que je refuse qu’on dise que je suis une "prostituée", avait-elle déclaré.

"Je ne suis pas sur le bord d’un trottoir ou assise sur un tabouret de bar. Je sors dans des endroits branchés, je rencontre des gens du show-business, du sport... Mais ils proposent et je dispose" avait dit la jeune femme. L'attaquant du Real Madrid avait nié toute relation avec Zahia Dehar alors que le joueur du Bayern Munich affirmait ignorer son âge. 

lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !