Affaire Tapie : Jean-Pierre Raffarin dénonce "une chasse à Sarko" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Dans l'affaire Tapie, Nicolas Sarkozy est la "cible" d'une "orchestration", estime Jean-Pierre Raffarin.
Dans l'affaire Tapie, Nicolas Sarkozy est la "cible" d'une "orchestration", estime Jean-Pierre Raffarin.
©Reuters

Il monte au créneau

Affaire Tapie : Jean-Pierre Raffarin dénonce "une chasse à Sarko"

L'ancien Premier ministre a affirmé ce dimanche sur Europe 1 que Nicolas Sarkozy est devenu, dans l'affaire Tapie, la "cible" d'une "orchestration".

Affaires Bettencourt, Guéant, Tapie... "Quelle est la cible derrière tout ça ? Toujours Nicolas Sarkozy !" C'est ce qu'a affirmé Jean-Pierre Raffarin ce dimanche. Invité du "Grand Rendez-vous" (Europe1/i-Télé/LeParisien), l'ancien Premier ministre a dénoncé "une campagne orchestrée" contre Nicolas Sarkozy, alors qu'il était interrogé sur le dossier judiciaire Tapie/Crédit lyonnais. L'arbitrage rendu en 2008 en faveur de Bernard Tapie est "une procédure légale" et l'avoir demandée "n'est en rien une faute", a-t-il dit.

Il ajoute que la justice doit déterminer "de manière sereine [...] si l'arbitrage a été honnête". "Je suis triste pour la démocratie française aujourd'hui de voir à quel point la justice fait du spectacle, et mon sentiment c'est que le spectacle actuel de la justice a un seul premier rôle, c'est Nicolas Sarkozy", a-t-il poursuivi. "Au fond la chasse à Sarko engagée pendant son quinquennat est aujourd'hui poursuivie. Et quand j'entends Mme Pellerin [ministre de l'Economie numérique, ndlr] dire qu'il y avait 'système organisé', mon sentiment personnel c'est qu'il y a plutôt campagne orchestrée", a affirmé le sénateur de la Vienne.

Par qui ? "Ceux qui ont intérêt à l'affaiblissement et du quinquennat de Nicolas Sarkozy et de la personne de l'ancien président", a-t-il répondu sans plus de précisions. "Ce que je constate c'est qu'il y a une orchestration. Je demande à la justice d'être plus sobre".


Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !