Affaire Prism : Snowden toujours en Russie, un ex-général soupçonné de fuites | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
James Cartwright, le nouveau nom visé par le FBI
James Cartwright, le nouveau nom visé par le FBI
©REUTERS/Hyungwon Kang

Prism par la patrouille

Affaire Prism : Snowden toujours en Russie, un ex-général soupçonné de fuites

Désormais à la retraite, James Cartwright serait à l'origine de fuites sur une cyber-attaque des Etats-Unis contre l'Iran en 2010.

A chaque jour, son rebondissement. Dans la fameuse affaire Prism, Edward Snowden se trouve toujours à Moscou. L'ancien consultant du renseignement américain qui a été l'auteur de révélations fracassantes sur la surveillance américaine des communications, a fait une demande d'asile à l'Equateur. Mais celui qui fait la Une, c'est James Cartwright. Ce général américain de haut rang à la retraite serait en effet soupçonné d'être à l'origine de fuites sur une cyber-attaque des Etats-Unis contre l'Iran en 2010, d'après les informations de la chaîne de télévision NBC News. Cette dernière a indiqué que ce général de la Marine avait été averti de l'ouverture d'une enquête à son encontre pour avoir divulgué des détails de cette attaque.

A 63 ans, James Cartwright est l'ancien numéro deux de l'état-major des armées. Il a pris sa retraite en août 2011. L'affaire en question concerne Stuxnet, un logiciel conçu pour attaquer les opérations d'enrichissement d'uranium iraniennes. Il aurait créé d'importants dégâts dans le programme nucléaire iranien en 2010. NBC News explique que l'enquête du FBI s'était d'abord focalisée sur une éventuelle source à la Maison Blanche mais dès l'année dernière, le général Cartwright était visé.

Par ailleurs, la Russie n'a pas hésité à critiquer fermement les Etats-Unis à propos de cette affaire. "Les Américains ont mis en connaissance de cause Moscou dans l'embarras en n'avertissant pas à temps de l'annulation du passeport d'Edward Snowden. Si cela avait été su plus tôt, il est possible que Snowden n'aurait jamais décollé pour Moscou, et il n'y aurait pas eu toute cette histoire".

Lu sur NBC News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !