Affaire Merah : les voisins demandent réparation pour les dégâts causés par l’assaut du Raid | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Affaire Merah : les voisins demandent réparation pour les dégâts causés par l’assaut du Raid
©

Dommages collatéraux

Affaire Merah : les voisins demandent réparation pour les dégâts causés par l’assaut du Raid

Quatre mois après les tueries de Toulouse et Montauban, seule la devanture de l'immeuble du tueur, parsemée d'impacts de balles, a été ravalée.

Certains continuent de subir les dommages collatéraux des crimes de Mohamed Merah. Trou dans le parquet, voitures criblées de balles, canalisations explosées, tuyaux de radiateur arrachés, porte transpercée, fissures multiples... Quatre mois après le terrible fait divers, les voisins du tueur au scooter vivent dans un quartier qui porte encore les stigmates de l'assault du Raid contre Mohamed Merah.

Les habitants ont donc décidé de prendre les choses en main, et de se défendre en créant un collectif : le "Comité 17" milite pour obtenir réparation, selon Le Canard enchaîné.

Face à l'"abandon" des autorités suite aux ravages de la "guerre" du 21 mars entre le Raid et Merah, plusieurs locataires ont tout simplement déserté le bâtiment faisant fi de leurs mois de préavis, d'autres, propriétaires, cherchent à vendre. Enfin, certains irréductibles cherchent à obtenir réparation pour le "champ de bataille" laissé à la place de leurs appartements et leurs voitures "criblées de balles".  

Quatre mois après la mort de Mohamed Merah, seule la devanture du bâtiment, parsemée d'impacts de balles, a été ravalée. A l'intérieur, rien n'a été fait. Et aucun centime n'a été déboursé.  

Lu sur l'Express.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !