Affaire Karachi : Édouard Balladur mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Karachi : Édouard Balladur mis en examen
©Reuters

Enquête

Affaire Karachi : Édouard Balladur mis en examen

L'ancien Premier ministre a notamment été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics, dans le volet financier de l'affaire Karachi, qui concerne le financement de sa campagne présidentielle de 1995.

Selon les informations du Canard Enchaîné, confirmées par une source judiciaire, Édouard Balladur, aujourd'hui âgé de 88 ans, a été mis en examen lundi 29 mai par la commission d'instruction de la Cour de justice de la République dans le volet financier de l'affaire Karachi. 

L'ancien Premier ministre a notamment été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics, dans ce volet de l'affaire Karachi qui concerne le financement de sa campagne présidentielle de 1995. 

>>>> À lire aussi : Petit bilan de la jurisprudence Balladur : condamnations, non-lieux ou relaxes, que sont devenus les mises en examen d’hommes politiques depuis 25 ans

En juin 2014, les juges d'instruction avaient décidé de renvoyer six protagonistes présumés en correctionnelle, au terme de leur enquête : Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller spécial au cabinet du ministre de la Défense d'Édouard Balladur, François Léotard, entre 1993 et 1995, deux proches d'Édouard Balladur, Nicolas Bazire, qui fut son directeur de cabinet, et Thierry Gaubert, Dominique Castellan, ancien PDG de la Direction des Constructions Navales, l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine et un autre intermédiaire en armement.

>>>> À lire aussi : Attentat de Karachi : révélations sur les secrets et probables mensonges de la DST

Selon les magistrats, la campagne d'Édouard Balladur en 1995 a été financée par des rétrocommissions illégales sur des contrats de sous-marins vendus au Pakistan et de frégates destinées à l'Arabie Saoudite. D'après l'une de leurs hypothèses, la fin du versement des commissions, décidée par Jacques Chirac devenu président, est à l'origine de l'attentat de Karachi qui a coûté la vie à 15 personnes dont 11 ouvriers français de la Direction des Constructions Navales, en 2002.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !