Affaire Hollande-Gayet : en visite aux Pays-Bas, le président donne des nouvelles de Valérie Trierweiler | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Hollande-Gayet : en visite aux Pays-Bas, le président donne des nouvelles de Valérie Trierweiler
©

Enfin des nouvelles !

Affaire Hollande-Gayet : en visite aux Pays-Bas, le président donne des nouvelles de Valérie Trierweiler

Le chef de l'Etat doit "clarifier" sa situation avec sa compagne avant sa visite officielle à Barack Obama le 11 février prochain.

François Hollande est en voyage officiel aux Pays-bas, à la Haye. C'est la première fois depuis les révélations du magazine Closer que le président se déplace à l'étranger. Il est accompagné de trois ministres : Pierre Moscovici, Thierry Repentin et Stéphane Le Foll. Au cours de la conférence de presse commune avec Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, il a indiqué, "Valérie Trierweiler va mieux et elle se repose en ce moment à la résidence de la Lanterne".

Le président était également invité à déjeuner ce lundi midi par le roi Willem Alexander. Il était donc seul à table, une première alors que dans ces repas officiels les "Premières dames" sont conviées.

Pour rappel, le 10 janvier dernier, la compagne de président avait été hospitalisée à la Pitié Salpêtrière, suite au choc de la publication de photos évoquant une supposée liaison entre le président et l'actrice Julie Gayet. Elle a quitté l'hôpital dans le samedi 18 janvier dans l'après-midi puis s'est rendue à la résidence présidentielle de la Lanterne, non loin du château de Versailles. Selon son cabinet elle doit s'y "reposer quelques jours". Dès la fin de son hospitalisation elle a tweeté ses remerciements du "fond du cœur"  sur son compte personnel.

François Hollande a promis, lors de sa conférence de presse, de clarifier la situation avec sa compagne avant le 11 février, date de sa visite officielle aux Etats-Unis.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !