Affaire Grégory : 32 ans après les faits, un couple a été placé en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Affaire Grégory : 32 ans après les faits, un couple a été placé en garde à vue
©D.R.

Enquête

Affaire Grégory : 32 ans après les faits, un couple a été placé en garde à vue

Le garçon de 4 ans avait été retrouvé mort dans la Vologne le 16 octobre 1984.

Selon les informations publiées en exclusivité mercredi 14 juin par "L'Est Républicain", les gendarmes de la SR de Dijon ont interpellé et placé en garde à vue un couple de septuagénaires tôt ce matin dans un petit village du secteur de Bruyères, dans la vallée de la Vologne, là où il y a un peu plus de 32 ans le petit Grégory Villemin, 4 ans, avait été assassiné.

"Un couple dont le nom figure depuis belle lurette dans ce dossier hors-norme et qui a été conduit à la brigade de Bruyères. Les militaires leur ont signifié leurs droits, leur ont indiqué pourquoi ils étaient momentanément privés de liberté. Les qualifications pour lesquelles ils ont été placés en garde à vue sont les suivantes : complicité d’assassinat, non-dénonciation de crime, non-assistance à personne en danger et abstention volontaire d’empêcher un crime.", révèle le site du quotidien. 

>>>> À lire aussi : Affaire Grégory : l'ADN n'a pas parlé, 30 ans d'énigmes non résolues

Pour l’heure, le couple de suspects n’a toujours pas été interrogé. Les époux ont été transférés en fin de matinée vers Dijon où les séances de questions-réponses commenceront cet après-midi. Au terme de la garde à vue, qui pourrait se terminer ce soir ou demain, une mise en examen pourrait intervenir.

"Le couple pourrait ne pas être seul à faire face au juge d’instruction de Dijon en charge du dossier. Car une troisième arrestation, voire une quatrième, auraient également eu lieu ce matin", précise "L'Est Républicain".

Lu sur L'Est Républicain

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !