Affaire Ferrand : les Mutuelles de Bretagne se justifient | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Ferrand : les Mutuelles de Bretagne se justifient
©

Enlisement

Affaire Ferrand : les Mutuelles de Bretagne se justifient

Les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand a été le directeur général, ont perçu de l’argent public. La somme s’élève à 55 000 euros, selon BFMTV.

Depuis le début de l’affaire Ferrand, les membres d’En Marche ! assurent qu’aucun argent public n’est en cause, pourtant, ce 8 juin, les documents officiels, dévoilés par BFMTV, semblent prouver le contraire. A la fin des années 2011 et 2012, et au début de l'année 2013, Le Conseil municipal de Brest et le Conseil général du Finistère ont versé de l'argent public aux Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand a été le directeur général. La coquette somme s’élève à 55 000 euros. Elle était destinée à financer l'installation des Mutuelles de Bretagne dans les locaux appartenant à la compagne du ministre de la Cohésion des territoires.

Ces 55 000 euros ont été versés en trois fois, et les documents le prouvent. Le 1er décembre 2011, les Mutuelles de Bretagne adressent une demande de subvention au Conseil général du Finistère et disent que le coût total de la création d'une "nouvelle plateforme" s'élèverait à 300 000 euros. Ils demandent donc une aide au Conseil général par peur que "ces frais trop importants ne viennent peser sur la prochaine activité", indique BFMTV. Ils reçoivent donc 15 000 euros.

>>>> À lire aussi : L’affaire Ferrand oblige Macron à accepter un big bang moral, et ça n’a rien à voir avec la politique. Relisez vite Machiavel ...

Le 23 octobre 2012, un autre document, issu d'une délibération du Conseil municipal de Brest, prouve que les Mutuelles de Bretagne ont reçu une nouvelle subvention de 20 000 euros pour "mise en place d'une plateforme unique de gestion des services brestois des Mutuelles de Bretagne". In fine, le 12 février 2013, le Conseil municipal double cette aide.

Les Mutuelles de Bretagne, dirigées à l'époque par l'actuel ministre de la Cohésion des territoires, "gèrent des services d'accès aux soins, d'aides à domicile et des établissements de santé" et "c'est dans ce cadre qu'elles sollicitent et perçoivent des subventions que leur accordent les collectivités territoriales, la Caisse d'allocations familiales et l'agence régionale de santé", précisent-elles dans un communiqué.

"Sans ces subventions, certaines de ces activités ne pourraient être conduites ou maintenues, comme c'est le cas des soins infirmiers ou de l'aide au maintien à domicile", assurent les Mutuelles, qui ajoutent que "toutes les subventions accordées et leur utilisation sont parfaitement encadrées".

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !