Affaire Ferrand : la presse ne doit "pas devenir juge", estime Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Ferrand : la presse ne doit "pas devenir juge", estime Emmanuel Macron
©AFP

Enlisement

Affaire Ferrand : la presse ne doit "pas devenir juge", estime Emmanuel Macron

Le chef de l'État a appelé ce mercredi le gouvernement à témoigner de la "solidarité" à Richard Ferrand, lors du conseil des ministres.

Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a fait savoir ce mercredi qu'Emmanuel Macron avait appelé lors du conseil des ministres le gouvernement à la "solidarité" et à la "responsabilité", estimant aussi que la presse ne doit "pas devenir juge" du cas de Richard Ferrand.

En réponse à la polémique qui fragilise le ministre Richard Ferrand, le chef de l'État a tenu à "appeler à la solidarité, la responsabilité". 

>>>> À lire aussi : Sarnez, Ferrand: la démoralisation de la vie politique est En Marche

"Les choses ne vont pas forcément bien quand la presse devient juge", a-t-il ajouté, estimant que "dans une société démocratique chacun doit être à sa place".

"Il a tenu à appeler à la solidarité, à la responsabilité, au sein du Conseil des ministres, à faire le tri entre le grain et l'ivraie, voire quelquefois l'avanie (…) Il a rappelé que notre objectif doit être de façon permanente celui de l'exemplarité dans nos actions publiques (…) Il y a évidemment des contre-pouvoirs et je le cite 'C'est bien ainsi'", a également rapporté le porte-parole du gouvernement. 

"Il y a aussi dans les grands principes celui d'une justice indépendante (…) Seule la justice est habilitée à décider ce qui relève d'une affaire, d'une instruction, d'une enquête", a ajouté Christophe Castaner.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !