Tristane Banon convoquée à New York ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Tristane Banon 
convoquée à New York ?
©

Affaire DSK/Banon

Tristane Banon convoquée à New York ?

La mère de Tristane Banon a avoué aux enquêteurs une relation sexuelle consentie avec DSK. "Le Monde" publie les détails de l'audition de sa fille. L'avocat de Tristane Banon a rencontré la défense de Nafissatou Diallo et le procureur Cyrus Vance à New York qui pourrait convoquer sa cliente pour témoigner dans le volet américain de l'affaire.

[Mise à jour à 17h45]

Selon Le Figaro.fr, Tristane Banon pourrait être convoquée à New York pour être entendue dans le volet américain de l'affaire DSK. Le procureur Cyrus Vance devrait émettre une "demande d'entraide" en ce sens.

A Paris, François Hollande a été entendu pendant près d'une heure par les enquêteurs de la Brigade de la répression de la délinquance contre la personne. "Je suis serein et même plus que serein. Mais ce que je n'accepte pas, c'est la manipulation politique", a t-il notamment déclaré, expliquant qu'il poursuivrait quiconque tente de lier son nom à la plainte que Tristane Banon a déposée contre Dominique Strauss-Kahn.

[Mise à jour à 15h45]

François Hollande est arrivé à 15 heures dans les locaux de la Brigade de la répression de la délinquance contre la personne où il doit être entendu dans le cadre de la plainte déposée par Tristane Banon contre Dominique Strauss-Kahn pour "tentative de viol". Le candidat à la primaire socialiste a redit que cette affaire ne le concernait pas, mais il souhaitait être entendu au plus vite par les enquêteurs. Martine Aubry lui a apporté son soutien en dénonçant ceux qui "utilisent une affaire privée, dont la justice est saisie, (...) pour mettre en cause François Hollande".

[Mise à jour le 20 juillet à 11h00]

Anne Mansouret a expliqué à RTL que, selon elle, François Hollande "savait forcément" ce qui a pu se passer entre sa fille Tristane Banon et Dominique Strauss-Kahn, tout en expliquant à Libération  : "Je dis haut et fort que je ne reproche rien à François Hollande, (...) il est le seul être humain que j'ai rencontré en politique. C'est un homme profondément humain".

François Hollande, de son côté, a expliqué qu'il voulait être entendu dans les plus brefs délais si les enquêteurs avaient effectivement besoin de son témoignage, mais il a mis en garde : "Ce que je n’accepte pas, c’est la manipulation d’une affaire qui n’est pas la mienne, qui n’est pas celle du PS, à des fins politiques !".

On apprend également que Brigitte Guillemette, l'ex-épouse de DSK, porte plainte contre Mme Mansouret pour "diffamation". Le Parisienexplique qu'elle dément notamment "avoir été au courant de prétendus comportements déplacés de son ex-mari vis à vis d'étudiantes lorsqu'il était enseignant à l'université de Nanterre".

Par ailleurs, Me David Koubbi, l'avocat de Tristane Banon, a rendu une visite surprise au procureur de New York Cyrus Vance, en compagnie de Kenneth Thompson, l'avocat principal de Nafissatou Diallo. Selon Le Parisien, Me David Koubbi aurait lâché : "Il semblerait qu’il y ait beaucoup de gens ici qui travaillent sur des faits que l’on disait jusqu’ici imaginaires en France". Interrogé sur la plainte pour "diffamation" déposée par les avocats de DSK contre sa cliente, il aurait rétorqué : "Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il dépose plainte au moment où n’importe qui se confondrait en excuses".

Le Figaroexplique de son côté qu'il existe peu de chances que "l'affaire Banon" soit utilisée dans la procédure américaine en cours contre Dominique Strauss-Kahn.

[Mise à jour à 16h30]

Le Monde en date du mercredi 20 juillet 2011 publie des détails de l'audition de Tristane Banon par les enquêteurs. La jeune journaliste serait revenue sur les circonstances de sa rencontre avec Dominique Strauss-Kahn, d'abord en 2000, puis en 2003 pour les besoins d'un livre qu'elle était en train d'écrire. Elle a également décrit sa dernière rencontre avec DSK en février 2003, au cours de laquelle se serait produite la tentative de viol présumée.

Tristane Banon aurait également expliqué qu'elle ne dispose d'aucune preuve matérielle, contrairement à ce que son avocat laissait penser jusqu'alors. Elle n'a d'ailleurs vu aucun médecin à la suite de "l'incident", elle a seulement consulté deux psychologues.

Elle a par ailleurs indiqué avoir abordé cet incident présumé avec plusieurs personnes. Elle aurait montré à certains des SMS de Dominique Strauss-Kahn aujourd'hui détruits.

NDLR : Tristane Banon a écrit plusieurs articles pour Atlantico.fr.


[Le 19 juillet]

L'affaire qui oppose Tristane Banon à Dominique Strauss-Kahn n'en finit pas de rebondissements et de révélations.

Dernière en date, la confession d'Anne Mansouret aux enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance contre la personne qui l'entendaient dans le cadre de l'enquête ouverte après le dépôt de plainte par sa fille contre DSK pour "tentative de viol".

L'Express rappelle que Mme Mansouret a révélé avoir eu une relation sexuelle "consentie mais clairement brutale" avec Dominique Strauss-Kahn dans un bureau de l'OCDE à Paris alors que celui-ci était, en 2000, conseiller spécial du secrétaire général de l'organisation. Celle qui est aujourd'hui vice-présidente PS du Conseil général de l'Eure a expliqué qu'elle entendait, par cette information, corriger le portrait de DSK brossé par ses amis.

Anne Mansouret est également revenue sur les circonstances de l'agression sexuelle présumée contre sa fille, et sur les conseils qui, au final, ont poussé celle-ci à ne pas porter plainte contre DSK, dans un premier temps. Elle raconte également s'être entretenue de la situation avec François Hollande, alors premier Secrétaire du PS.

Hollande bientôt chez les enquêteurs

Le Figaro.frrévèle que le candidat à la primaire socialiste pourrait être entendu sur cette affaire au début du mois de septembre par les enquêteurs. Celui-ci aurait, à l'époque des faits, conseillé à Tristane Banon et à Anne Mansouret de porter plainte contre DSK. Le député de Corrèze s'est défendu, début juillet, de toute intervention de ce genre.

Le Figaro.fr précise qu'un enquêteur explique ne pas être certain que François Hollande accepte de se déplacer avant la primaire socialiste des 9 et 16 octobre 2011. Le quotidien ajoute que le député de Corrèze "ne veut pas non plus apparaître comme l'indigne fossoyeur de son ancien concurrent".

Camille Strauss-Kahn entendue

Enfin, Camille Strauss-Khan, la fille de l'ancien directeur du FMI, a été entendue ce lundi 18 juillet par les enquêteurs qui tentent de savoir ce qu'elle connaissait de cette histoire. Proche de Tristane Banon jusqu'à la tentative de viol présumée, Camille Strauss-Kahn aurait été informée de l'affaire par la jeune journaliste elle-même. Elle aurait réagi en lui disant : "Je ne sais pas si je dois te remercier ou te détester".

Contactés par L'Express sur les révélations d'Anne Mansouret, les avocats de Dominique Strauss-Kahn "n'ont pas d'autre commentaire à faire que de rappeler qu'ils ont déposé, au nom [de leur client], une plainte pour dénonciation calomnieuse contre Tristane Banon".

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !