DSK : nouvelles révélations sur son accusatrice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
DSK : nouvelles révélations
sur son accusatrice
©

Coup de théâtre

DSK : nouvelles révélations sur son accusatrice

Soupçonnée d'appartenir à un réseau de prostitution, elle aurait voulu rassurer son petit ami en évoquant la fortune de DSK.

Mise à jour le 2 juillet à 20h

Les journaux américains ont apporté ce samedi de nouvelles révélations sur la plaignante. Le New York Post, très critique envers Dominique Strauss-Kahn avant le revirement de situation, croit savoir que Nafissatou Diallo appartiendrait à un réseau de prostitution. Le tabloïd explique, citant une source proche de la défense, que la jeune femme de chambre aurait eu l'habitude de monnayer ses services auprès de certains clients de l'hôtel Sofitel.

Le New York Times, de son côté, détaille une conversation téléphonique entre la plaignante et son petit ami dans laquelle la femme de chambre aurait affirmé : "Ne t'inquiète pas, ce type [DSK, NDLR] a beaucoup d'argent. Je sais ce que je fais". L'homme a été arrêté au Sud de Manhattan alors qu'il troquait des vêtements contrefaits contre le la marijuana.

Dominique Strauss-Kahn, lui, a passé la soirée tout sourire avec sa femme et un couple d'amis dans un restaurant italien de New York. Le Parisienindique que des juristes américains estiment qu'il pourrait bénéficier d'un non-lieu. Le quotidien a aussi publié la première photo non floutée de la plaignante.

En France, Ségolène Royal a réagi sur l'incidence de ce coup de théâtre sur la primaire socialiste. L'ancienne candidate à la présidentielle de 2007 indique qu'elle n'aurait "aucun problème" à ce que le calendrier soit décalé dans la mesure où Dominique Strauss-Kahn lui-même le demande.

Mise à jour à 20h30

Le bureau du procureur Cyrus Vance rapporte que la plaignante a produit des "récits erronés" des faits. Elle aurait notamment pris le temps de nettoyer une autre chambre après l'agression sexuelle présumée avant de dénoncer celle-ci à son employeur.Le procureur a ajouté : "Nous n'avons pas abandonné totalement l'accusation ni aucune des charges".

En France, les responsables du Parti Socialiste ne sont pas unanimes sur la stratégie à adopter vis-à-vis des primaires. Arnaud Montebourg ne voit pas en quoi le calendrier devrait être bouleversé quand François Hollande se dit prêt à un éventuel report. Martine Aubry, elle, a déclaré : "Après les annonces de cette nuit par la presse américaine, je crois que ce soir la vérité progresse, avance aux Etats-Unis (...) mais je voudrais qu'elle avance encore plus vite", indique Libération.

Mise à jour à 19h00

Voyez la vidéo de l'audience de Dominique Strauss-Kahn sur BFM TV ce vendredi 1er juillet :

Voici également la violente contre-attaque de Kenneth Thompson, l'avocat de la victime présumée, sur i>télé :

Mise à jour à 17h00

La séance est filmée, mais non retransmise en direct. On peut en suivre le détail sur Twitter :

17h : Dominique Strauss-Kahn est arrivé au tribunal de New York, accompagné par Anne Sinclair. Plus d'une centaine de journalistes ont pris place dans la salle. Ils attendent DSK, les juges et le procureur.

17h07 : les équipes du procureur et l'avocat de la plaignante sont entrés dans la salle du 13ème étage du tribunal pénal de Manhattan. DSK et sa femme patientent toujours dans l'antichambre.

17h14 : Il n'y a pas eu de manifestation de femmes de chambre à l'entrée du tribunal, contrairement à la dernière audience du 6 juin.

17h30 : Les avocats de DSK, Benjamin Brafman et William Taylor, sont entrés dans la salle. Les journalistes n'auraient plus le droit d'utiliser leurs téléphones.

17h34 : DSK et Anne Sinclair suivent l'entrée du juge dans la salle. Ses avocats sont très souriants. 

17h35 : La caution de DSK est levée.

17h40 : DSK est en liberté conditionnelle, sans caution. Le tribunal conserve toutefois son passeport. L'audience du 18 juillet est maintenue.

17h45 : Dominique Strauss-Khan et Anne Sinclair sortent du tribunal. L'ancien directeur du FMI esquisse un sourire.

18h : Les avocats des deux parties se sont exprimés. Benjamin Brafman a affiché sa sérénité, et expliqué que la prochaine étape serait l'acquittement de Dominique Strauss-Kahn. Kenneth Thomson, l'avocat de Nafissatou Diallo a été beaucoup plus offensif. Il a déclaré que sa cliente souffrirait d'une déchirure d'un ligament de l'épaule à cause de l'agression sexuelle présumée de DSK qui aurait, selon l'avocat, déchiré ses bas. Kenneth Thomson indique aussi que la plaignante s'est enfuie en crachant du sperme sur le sol et les murs de la chambre.

Mise à jour à 16h30

Selon Bloomberg TV, Dominique Strauss-Kahn pourrait être libéré sur parole, ce qui signifierait que son assignation à résidence serait levée. L'ancien directeur du FMI serait alors libre de ses mouvements, et récupérerait sa caution d'un million de dollars. Il devrait simplement s'astreindre à répondre aux convocations du tribunal.

Ces dispositions pourraient être confirmées lors de l'audience de 17h30.

Mise à jour à 15h45

L'avocat de Nafissatou Diallo a envoyé un courrier électronique au New York Times pour réaffirmer sa version des faits. "Rien ne change sur un fait très important, à savoir que Dominique Strauss-Khan a agressé la victime sexuellement de façon violente à l’intérieur de cette chambre d’hôtel au Sofitel", écrit-il.

Mise à jour à 13h15

- FRANCOIS PUPPONI, maire PS de sarcelles, sur BFMTV :

"Une grande satisfaction aujourd’hui de voir enfin la vérité éclater, car depuis le début nous ne doutions pas de l’innocence de Dominique Strauss-Kahn."

Sur l'éventualité d'une modification du calendrier des primaires socialistes : "Non sincèrement ce n’est pas mon état d’esprit. Ce qui m’intéresse depuis le 15 mai c’est que Dominique Strauss-Kahn puisse prouver son innocence, retrouver son honneur et enfin penser à autre chose. […] Et puis après effectivement, si les choses se passent bien ce soir et dans les jours qui suivent, il sera temps de penser à l’avenir politique de Dominique Strauss-Kahn. Bien entendu j’ai toujours souhaité qu’il soit un acteur important de cette vie politique mais aujourd’hui pensons à l’homme, et soyons tous convaincus que ce soir il faut qu’il soit libéré et qu’il retrouve son honneur. C’est cela qui est important aujourd’hui, le reste viendra après."

- ELISABETH GUIGOU, députée PS de Seine-Saint-Denis, sur BFMTV :

"J’ai été, en entendant cela ce matin, à la fois soulagée et heureuse pour Dominique évidemment qui vit une terrible épreuve depuis plusieurs semaines. Pour Anne, pour ses enfants qui ont été avec lui très unis, très solidaires et très courageux. Donc j’espère maintenant que la justice américaine va établir rapidement la vérité judiciaire et que nous connaitrons la vérité."

Sur l'impact de ce bouleversement sur les primaires : "Il faut garder beaucoup de retenue dans les commentaires. Je veux dire quand même que cela démontre encore une fois que la présomption d’innocence est un principe auquel on doit tenir, et que jeter en pâture les images d’un homme menotté, des images qui portent atteinte à la dignité, j’espère qu’en France on continuera à interdire cela. Nous devons attendre l’issue judiciaire, respecter la décision de Dominique Strauss-Kahn qui vit une épreuve personnelle terrible et nous avons un calendrier qui nous laisse le temps de voir venir."

Mise à jour à 12h30

- ANDRE VALLINI, député PS,dans un communiqué :

"Les dernières informations en provenance de New-York, si elles se confirment, vont donner raison à ceux, peu nombreux, qui depuis plusieurs semaines ne cessent d'en appeler au respect de la présomption d'innocence. Dès le 14 mai, j'ai mis en garde contre les emballements du système médiatico-judiciaire américain. Cinq ans après l'affaire Outreau et quelques jours après l'acquittement de Loïc Sécher, on va réaliser une fois de plus que la justice exige de la prudence, de la retenue et surtout un respect absolu des grands principes au premier rang desquels celui de la présomption d'innocence"

Mise à jour à 12h

- MANUEL VALLS, député-maire d'Evry, au JDD.fr :

"Je ne ferai aucune déclaration. Ne nous nous emballons pas. On va attendre un peu avant que ça parte dans tous les sens".

BENJAMIN BRAFMAN, un des avocats de DSK, via le Wall Street Journal :

"De sérieux éléments concernant la crédibilité de la victime présumée seront levés à la fois par le ministère public et par la défense."

Mise à jour à 11h40

- JEAN-CHRISTOPHE CAMBADELIS, député PS de Paris, sur son blog

"Si les informations de New-York sont confirmées par l’audience de ce jour, il y a de quoi retrouver le sourire. Mais laissons la justice américaine agir et DSK dire sa vérité."

Mise à jour à 11h30

- MARINE LE PEN, présidente du Front National, par France Soir :

"La candidature de Dominique Strauss-Kahn reste décrédibilisée. Il n'avait aucune chance et ça ne change rien. Je le dis avec autant de facilité qu'il était présenté comme mon meilleur adversaire et je regrette mon meilleur adversaire. Mais franchement, il ne peut pas revenir. Je ne le crois pas.

Sur l'impact de ce coup de théâtre au PS : "Je crains que cette annonce ne présente la candidature du gagnant à la primaire socialiste que comme une candidature par défaut."

Mise à jour à 11h25

- CHRISTOPHE BORGEL, secrétaire national du PS :

"Si tout est confirmé pour tous ceux qui n'ont jamais douté de Dominique, c'est un grand moment de soulagement. Je pense à lui, à sa femme. On espère, on espère" .

- MARISOL TOURAINE, député strauss-kahnienne d'Indre-et-Loire :

Ce rebondissement "est un événement majeur, un véritable big bang. Si les infos du New York Times se confirment. L'honneur d'un homme est en jeu mais attendons cet après-midi et l'issue de l'audience chez le procureur".

Mise à jour à 11h15

- SEGOLENE ROYAL, candidate à la primaire socialiste, sur Europe1

"Je souhaite vraiment de tout coeur pour lui, pour sa famille, pour son épouse, que cette bonne nouvelle soit définitive dans les jours qui viennent.
Je pense qu'il faut le respecter lui. Quand on a subi une épreuve aussi effroyable, il faut- d'abord se reconstruire, et bien évidemment quand on a été blanchi et réhabilité, on retrouve toute sa liberté.". "Respectons ce délai de reconstruction".

Sur un possible réaménagement de calendrier de la primaire : "Vous savez à ce stade vu la gravité et l'émotion de ce retournement qui est extraordinaire sur tous les plans, il faut respecter sa volonté et faire attention à ne pas instrumentaliser le moment. J'espère que la justice américaine va maintenant rapidement trancher".


"Ne pas instrumentaliser ce moment" par Europe1fr

Mise à jour à 10h50

- LIONEL JOSPIN, sur RTL :

"C'est un coup de tonnerre qui se produit, cette fois-ci pas dans le même sens. Si les charges portées contre Dominique Strauss-Kahn tombent, il aura quand même été donné en pâture par le fonctionnement du système." Toutefois, il est "Trop tôt" pour se prononcer sur son retour sur la scène politique.


Lionel Jospin, ancien Premier ministre...par rtl-fr

- MARTINE AUBRY, candidate à la primaire socialiste :

"C'est l'amie de DSK qui s'exprime ce matin, je voudrais dire que les nouvelles qui nous sont parvenues cette nuit de la presse américaine nous procurent une immense joie comme à tous les proches de Dominique, j'espère de tout coeur que la justice américaine établira dès ce soir toute la vérité, et permettra à Dominique de sortir de ce cauchemar."

Mise à jour à 10h40

- BERNARD DEBRE, député UMP de Paris, sur BFMTV

Sur sa sévérité à l'égard de DSK après les faits :"Je reconnais tout à fait que je suis allé trop vite. Mais il faut voir dans quelles circonstances. J’avais été en direct avec un certain nombre de gens qui travaillent au Sofitel et en particulier un ami d’enfance de mon collaborateur." "Si les faits se révèlent exacts sur la vie de cette femme, elle a quand même berné tous les gens qui travaillent au Sofitel. Pour eux elle était une femme tout à fait exemplaire,… dans son travail. Ceux qui m’ont appelé étaient tout à fait écœurés.

Sur une éventuelle candidature de DSK à la présidentielle : "S’il n’est pas condamné aux Etats-Unis il le pourrait mais je ne suis pas tout à fait sûr que les socialistes le désire, ni les Français… S’il est lavé de tous soupçons, c’est aux Socialistes et à lui de voir s’il peut se présenter. Cela m’étonnerait quand même." "Je ne pense pas qu’il ait l’envie de se présenter. On sait quand même qu’il a eu des rapports sexuels avec la femme de chambre puisqu’il y a de l’ADN, qu’il avait eu une call girl entre 1h et 3h du matin. Est-ce que les Français sont capables d’accepter quelqu’un qui a une vie… ça ne me regarde pas…. »

Mise à jour à 10h30

Voici les réactions au rebondissement de l'affaire DSK. Au parti socialiste, l'heure est au soulagement, et l'hypothèse d'un retour de DSK dans la course à la présidentielle  est évoquée.

- JEAN-MARIE le GUEN, député PS de Paris, sur BFMTV

"Je n’imagine pas que Dominique Strauss-Kahn ne soit pas présent parmi nous et actif l’hiver prochain et au printemps prochain"."C’est une très grande joie pour Dominique, pour Anne Sinclair, pour toute sa famille. Je pense que c’est une vraie libération. Quand on voit l’incroyable pression et degrés d’accusation dont ils ont été victimes depuis 7 ou 8 semaines. Je crois qu’on assiste à la fin d’un cauchemar. Je pense à eux très fort aujourd’hui.".

"La justice américaine doit avoir à l’esprit qu’il faut maintenant réhabiliter très rapidement Dominique Strauss-Kahn et présenter les excuses qui, me semble-t-il, seraient légitimes. Mais au-delà de cela, je pense qu’alors qu’une majorité de Français, pas seulement les amis de Dominique Strauss-Kahn, n’ont jamais cru à la culpabilité de Dominique, ceci doit se trouver conforté dans l’espoir qu’ils ont mis en lui.". "Reconnu innocent, il saura aussi entendre la confiance que les Français ont mis en lui-même au pire moment des épreuves qu’il connaissait."

Interrogé sur les tests ADN : "Je ne voudrais pas quand même disqualifier de l’élection présidentielle toutes les personnes qui ont eu des relations sexuelles extra-conjugales parce que sinon je ne sais pas où nous nous retrouverions…"

-
Jean-Marie Le Guenpar franceinter CLAUDE BARTOLONE, député PS de Seine-Saint-Denis, sur BFMTV

"C’est un immense soulagement pour Dominique Strauss-Kahn, pour Anne Sinclair et pour toute leur famille. J’espère que leur vérité va pouvoir triompher.". "Qu’il puisse le plus vite retrouver sa liberté.". "Quand on a dans l’oreille, comme je l’ai encore, les propos tenus officiellement ou dans des cercles fermés par le Président de la République et la droite qui ont voulu utiliser cette affaire pour disqualifier le Parti socialiste sur le plan moral, franchement je pense que Sarkozy et ses amis ont eu un très mauvais réveil ce matin". "Le tapis rouge qu’on lui déroulera c’est le tapis rouge affectif et amical. Le reste ce n’est pas à nous de choisir. C’est à lui de savoir quel sens il veut donner à son existence après être passé dans cette machine à laver judiciaire ».

- FRANCOIS PATRIAT, président PS du Conseil général de Bourgogne, sur BFMTV

"Le premier soulagement est humain, pour Dominique, pour sa famille et ses amis. Ensuite c’est pour le Parti Socialiste une forme d’honneur retrouvé qui nous permettra je pense de nous exprimer avec beaucoup plus de fermeté dans les jours qui viennent". "On pensait ces jours derniers qu’il n’y aurait qu’une vérité juridique et jamais une vrai vérité. J’espère maintenant que la vérité réelle va éclater."

- JACK LANG, député PS du Pas-de-Calais, sur BFMTV

"Ma première réaction est celle d’un homme heureux. Je suis un militant de la présomption d’innocence et je n’accepte pas qu’on puisse jouer avec l’honneur et la dignité d’une personne, quelle qu’elle soit, puissante ou inconnue. Je suis heureux pour eux, pour l’idée que je me fais de la justice, pour mon pyas et aussi pour les Etats-Unis. J’étais très triste de la façon dont dans la première phase le juge a maintenu en détention exagérément et dans des conditions pour nous indignes  Dominique Strauss-Kahn.". "Aujourd’hui ne précipitons pas les choses.

 "S’il advenait qu’il puisse récupérer tous ses droits, il évident que Dominique, s’il le veut bien, doit venir ici en France jouer un rôle politique majeur… Quelque soit le statut qui serait le sien, sa présence avec nous, auprès de nous serait déterminante pour notre succès à l’élection présidentielle."


Lang : DSK appelé à jouer un rôle politique majeurpar BFMTV

L'affaire DSK est-elle sur le point de connaître un rebondissement de taille? L'ex-patron du FMI devrait comparaitre vendredi 1er juillet devant le tribunal pénal de Manhattan, rapporte le New-York Times, qui explique que le procureur Cyrus Vance nourrit désormais des doutes quant à la version de la femme de chambre présumée victime. Celle-ci aurait en effet menti, plusieurs fois, depuis le début de l'affaire. Le journal cite pour source deux enquêteurs non-identifiés.

Le journal évoque des éléments troublants, susceptibles d'entamer sa crédibilité. Des découvertes sur sa demande d'asile aux Etats-Unis, et une éventuelle implication dans des activités de blanchiment d'argent et de trafic de drogue sont notamment évoquées. Le New-York Times précise que des dépôts en liquide, dont le total s'élèverait à environ 100.000 dollars, auraient été faits sur son compte.

La plaignante aurait par ailleurs eu une conversation téléphonique, le lendemain des faits, lors de laquelle elle évoquait, avec un homme emprisonné, les possibles bénéfices de poursuites contre DSK. La conversation a été enregistrée. Cette homme aurait été arrêté en possession d'un quantité importante de marijuana, et fait partie des personnes ayant participé aux dépôts suspects réalisés sur le compte de la plaignante lors de ces deux dernières années.

Toutefois, la femme de chambre maintiendrait avoir été agressée, toujours selon le New York Times.

Les avocats de DSK pourraient, quant à eux, demander un allègement des conditions de sa liberté surveillée.

Lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !