Affaire Dieudonné : des humoristes dénoncent un emballement "disproportionné" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Dieudonné : des humoristes dénoncent un emballement "disproportionné"
©

Ce qu'ils en pensent

Affaire Dieudonné : des humoristes dénoncent un emballement "disproportionné"

Christophe Alévêque, Gérald Dahan ou encore Didier Porte estiment qu'il faut laisser la justice condamner les délits du polémiste plutôt que d'en faire un martyr.

Plusieurs humoristes dénoncent l'emballement politico-médiatique autour de l'affaire Dieudonné. Ils estiment qu'il faut laisser la justice condamner les délits du polémiste plutôt que d'en faire un martyr. Christophe Alévêque a expliqué à l'AFP être "opposé à toute interdiction qui ne réglera pas le problème". "On lui prête [à Dieudonné] de mauvaises intentions, et on n'a pas tort, mais le traitement de l'affaire est disproportionné."

>>>> A lire aussi : Dieudonné : le Conseil d'Etat valide l'interdiction de son spectacle à Tours

"Ca serait bien si les politiques se motivaient autant sur d'autres sujets comme Serge Dassault (sénateur UMP soupçonné d'achat de votes à Corbeil-Essonnes)", a pour sa part déclaré Gérald Dahan. "Là, on a une forme de distraction massive qui évite de parler de choses plus importantes." "Et si les spectacles de Dieudonné sont vus comme des meetings racistes qu'il faut interdire, il y a du boulot car il faut alors interdire ceux du Front national", a-t-il ajouté.

Pour Didier Porte, la seule manière d'agir efficacement contre Dieudonné, "c'est de convaincre ses fans de sa toxicité et de son ridicule". "Interdire ses spectacles, c'est rétablir la censure et cela a des effets ravageurs sur ses fans, parce que ça va dans le sens de Dieudonné et de ceux qui, comme lui, dénoncent une caste médiatico-politique."

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !