Affaire Denis Baupin : l'Obs publie les fameux SMS du député | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Denis Baupin : l'Obs publie les fameux SMS du député
©

Balle dans le pied ?

Affaire Denis Baupin : l'Obs publie les fameux SMS du député

Ils démontrent au mieux une drague lourde, au pire du harcèlement.

C'est le grand déballage. Le député Denis Baupin, accusé d'agression et harcèlement sexuel a décidé de dévoiler à l'Obs certains des SMS incriminés par sa collègue Isabelle Attard. Le premier date du 5 juillet :

Denis Baupin : "Je note avec tristesse qu’il y a certains de mes SMS auxquels tu ne réponds pas :-)"

Isabelle Attard : "Merci pour tes compliments adorables mais non merci :-)"

Denis Baupin : "Non merci à quoi ? Je n’ai encore fait aucune proposition. Lirais-tu dans mes pensées ?"

Puis le 11 juillet :

Denis Baupin : "Je me rends compte qu’arrive cette terrible période de la semaine où tu t’éloignes de moi. Alors je t’envoie un nuage de petits bisous t’effleurant la nuque pour mieux te mordiller ensuite."

Isabelle Attard :"Denis, je te l’ai déjà dit : merci mais non merci… et j’ai horreur de me répéter !"

Denis Baupin : "Oh là, je ne pensais pas t’embêter à ce point. C’était un peu un jeu. Désolé si je t’ai embêtée. Bises"

Denis Baupin : "Tu es si fâchée que ça ?"

Isabelle Attard : "Je voudrais juste qu’on puisse vraiment bien travailler ensemble sans que notre relation soit polluée par ce genre de messages."

Denis Baupin : "Message reçu. Je pensais que ça t’amusait aussi de jouer. Bises."

Pour le député de Paris, ces échanges montrent bien qu'il arrête de solliciter les femmes qui le lui demandaient. Mais Isabelle Attard n'a pas le même regard et son entourage souligne qu'elle a dû lui rappeler plusieurs fois d'arrêter. D'autant plus que les échanges ont de juin 2012 à novembre 2013. Denis Baupin confirme désormais tenir les SMS à disposition de la justice.

Lu sur l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !