Affaire Bygmalion : les trois ex-cadres de l'UMP sont toujours en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Affaire Bygmalion : les trois ex-cadres de l'UMP sont toujours en garde à vue
©

Quelques heures de plus

Affaire Bygmalion : les trois ex-cadres de l'UMP sont toujours en garde à vue

Eric Cesari, Fabienne Liadze et Pierre Chassat ont été interpellés jeudi matin dans l'enquête sur un système de fausses factures lors de la campagne 2012 de Nicolas Sarkozy.

L'affaire Bygmalion est toujours dans l'actualité ce vendredi. Et les trois ex-cadres de l'UMP interpellés dans l'enquête Bygmalion sur un système de fausses factures lors de la campagne présidentielle de 2012 sont toujours en garde à vue selon les informations de l'AFP. Eric Cesari, Fabienne Liadze et Pierre Chassat sortiront quoi qu'il arrive ce vendredi soir car la garde à vue dans ce type d'affaire ne peut dépasser les 48 heures. "L'oeil de Sarko" comme on surnomme Eric Cesari, l'ex-directrice financière du parti et son ancien directeur de la communication pourraient être présentés aux juges d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen.

Les juges veulent savoir si un système de double facturation avait été mis en pratique. Mercredi, Guy Alvès, l'un des dirigeants de la société a reconnu sa participation à une "vaste fraude permettant de maquiller le compte de campagne de l'ex-chef de l'Etat". Ainsi, le budget de campagne restait compatible avec les règles établies;

Selon le dossier, 18,5 millions d'euros auraient ainsi été éludés du compte de campagne. Fin juin, le parquet de Paris avait ouvert une information judiciaire pour "faux et usage de faux", "abus de confiance" et "tentative d'escroquerie". Nicolas Sarkozy a rappelé jeudi soir lors de son meeting près de Troyes qu'il ne connaissait pas Bygmalion et qu'il n'était pas au courant de ces supposées pratiques. "Je ne vous ai pas trahis, je ne vous ai pas menti. J'étais sur les estrades (...) est-ce que vous croyez vraiment que j'ai eu l'occasion d'aller regarder les contrats de toutes les sociétés qui travaillaient pour faire les meetings, pour faire le décor ?" a-t-il lancé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !