Affaire Bygmalion : l'Assemblée nationale lève l'immunité de l'ex-trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nathalie Kosciusko-Morizet et Philippe Briand lors de l'inauguration de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012
Nathalie Kosciusko-Morizet et Philippe Briand lors de l'inauguration de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012
©Reuters

Suite

Affaire Bygmalion : l'Assemblée nationale lève l'immunité de l'ex-trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy

Le député UMP Philippe Briand peut désormais être entendu par les juges.

L'Assemblée nationale a annoncé ce mercredi 21 janvier la levée de l'immunité parlementaire du député UMP d'Indre-et-Loire Philippe Briand, mis en cause dans le cadre de l'affaire Bygmalion.

L'ancien trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy durant l'élection présidentielle de 2012 peut donc désormais à tout moment faire l'objet d'une garde à vue ou d'un contrôle judiciaire pour être entendu par les juges. Ces derniers enquêtent sur un montage de fausses factures qui aurait permis à Nicolas Sarkozy de ne pas dépasser le plafond des dépenses autorisées (22,5 millions d'euros) lors de la campagne de 2012. 

Le député avait lui-même demandé cette levée d'immunité, après des requêtes en ce sens envoyées début décembre par les juges d'instruction, afin de "témoigner en toute transparence (…) comme n'importe quel justiciable".

L'eurodéputé UMP Jérôme Lavrilleux, par qui le scandal a éclaté au printemps dernier, pourrait lui aussi voir son immunité parlementaire bientôt levée. La demande de l'ancien directeur adjoint de la campagne de 2012 de Nicolas Sarkozy, devrait être annoncée au Parlement jeudi 22 janvier en séance à Strasbourg, puis transmise à la Commission des affaires juridiques du Parlement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !