L'homme qui avait accusé Pierre Palmade de viol a reconnu avoir menti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
L'homme qui avait accusé Pierre Palmade de viol a reconnu avoir menti
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Palmade-Chaud

L'homme qui avait accusé Pierre Palmade de viol a reconnu avoir menti

L'humoriste a été relâché par la police. Son accusateur a été placé en garde à vue. Il est soupçonné de s’en être pris physiquement au comédien et d’avoir saccagé son appartement.

C'est Le Parisien qui a révélé l'information. L'humoriste Pierre Palmade a été placé en garde à vue jeudi en milieu de matinée à Paris. Il a été accusé d'avoir été impliqué dans une affaire de viol présumé et d'avoir utilisé des produits stupéfiants. L’humoriste de 51 ans a été entendu toute la journée dans le cadre d’une enquête ouverte pour des faits de "viol", de "violence sous l’emprise de stupéfiants" et de "dégradation ou détérioration d’un bien appartenant à autrui".

Victime d'un affabulateur

Pierre Palmade et la victime présumée auraient passé la soirée ensemble avant que le comédien n'appelle la police pour se plaindre que son appartement avait été vandalisé par la seconde personne. Des dégradations que le jeune Algérien de 19 ans, accusant Pierre Palamde, a justifiées par le viol qu'il aurait subi. Cependant dans la soirée, le plaignant, Abdelhaim H., a reconnu avoir menti.

"Il l’a mis hors de cause s’agissant des faits de viol", a expliqué au Parisien une source proche des investigations. Pierre Plmade a été libéré le soir même. Son accusateur est toujours en garde à vue pour "violences et dégradation d’un bien appartenant à autrui". Il est soupçonné de s’en être pris physiquement au comédien et d’avoir saccagé son appartement.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !