Accident de Brétigny : la SNCF mise en cause par un nouveau rapport | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Accident de Brétigny : la SNCF mise en cause par un nouveau rapport
©

La faute à qui ?

Accident de Brétigny : la SNCF mise en cause par un nouveau rapport

L'expert jucidiaire Robert Hazan vient de dévoiler son premier rapport indépendant dans lequel il accable la SNCF, soit-disant peu regardante sur la maintenance de ses voies.

Un nouveau rapport, indépendant, mené par Robert Hazan, cherche à faire la lumière sur le déraillement de l'Intercités Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge en juillet 2013. L'accident avait causé la mort de 7 personnes et fait 32 blessés. Dans ce rapport, l'expert mandaté par le parquet d'Evry déplore le manque de maintenance des voies sur la ligne, selon des informations rapportées par Le Parisien ce mardi.

Le document confirme dans un premier temps la responsabilité de l’éclisse dans l’origine du drame. La pièce reliant deux rails sur une zone d'aiguillage aurait bel et bien basculé selon l'expert. Cependant, il souligne un manque d’entretien flagrant sur les voies.  En effet, dans le secteur, sur 154 boulons contrôlés par Robert Hazan, 59 étaient desserrés, cassés, ou même absents. D'après lui, ce sont trois boulons manquants qui auraient entraîné le basculement de l'éclisse responsable de l'accident. Problème : les rapports d'inspection réalisés par la SNCF sur cette jonction dans les mois précédant le drame, et que l'expert a pu examiné, n'indiquent aucune défaillance majeure.

La SNCF, qui précise ne pas avoir eu accès au rapport de Robert Hazan, s'est refusée à tout commentaire et met en garde contre toute conclusion hâtive : "L'enquête ne peut se faire sur la foi d'un seul rapport sorti de toutes autres considérations." Une "commission d'experts sur le boulonnage" a été créée en mars dernier par la compagnie ferroviaire, qui confirme être chargée de remettre une série de recommandations d'ici l'été.

Lu sur lesechos.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !