Abdelhamid Abaaoud aurait guidé les kamikazes du Bataclan par téléphone depuis la rue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Abdelhamid Abaaoud aurait guidé les kamikazes du Bataclan par téléphone depuis la rue
©Reuters

Degré d'implication

Abdelhamid Abaaoud aurait guidé les kamikazes du Bataclan par téléphone depuis la rue

Selon le spécialiste en terrorisme Jean-Charles Brisard, le "cerveau" présumé des attaques de Paris aurait été aperçu le soir des attentats au téléphone, non loin de la salle de spectacle.

Où se trouvait Abdelhamid Abaaoud le soir des attentats de Paris ? A en croire le spécialiste en terrorisme Jean-Charles Brisard, il se trouvait à quelques pâtés de maison du Bataclan. Selon CNN, un témoin aurait ainsi croisé plusieurs fois le "cerveau" présumé en train de "hurler" dans son téléphone pendant environ une heure, non loin de la salle de spectacle. Il décrit alors un homme "très agité" et lors d'un passage parvient à voir son visage qu'il reconnaitra immédiatement après les premières photos diffusées dans les médias.

"La présence d'Abaaoud dans le voisinage immédiat des attaques donne une indication de son degré d'implication dans la supervision et dans le contrôle du plan" affirme Jean-Charles Brisard dans la revue CTC Sentinel. "Cela implique qu'il donnait des ordres et des instructions directs à son équipe, présente dans le Bataclan."

"Le contrôle en temps réel d'Abaaoud sur les différentes phases du plan a, en outre, été mis en évidence par les données de son téléphone indiquant qu'il était en communication avec Bilal Hadfi , un des trois kamikazes du Stade de France, dans les minutes qui ont précédé  puis au moment où le premier des terroristes s'est fait exploser" affirme le spécialiste.

Lu sur CNN

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !