À quelques mètres du ministère de la Justice, des braqueurs armés de grenades dévalisent une bijouterie Chopard Place Vendôme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Selon des témoins, les deux malfaiteurs étaient respectivement âgés d'environ 25 et 40 ans.
Selon des témoins, les deux malfaiteurs étaient respectivement âgés d'environ 25 et 40 ans.
©

Malgré l'état d'urgence...

À quelques mètres du ministère de la Justice, des braqueurs armés de grenades dévalisent une bijouterie Chopard Place Vendôme

"Cela a duré entre cinq et dix minutes (…) Un individu est entré dans la bijouterie, il a exhibé une arme à feu afin qu'un deuxième individu entre. Celui-ci a exhibé une grenade", a expliqué aux journalistes Jean-Michel Huguet, du syndicat Alliance.

En dépit du dispositif de sécurité exceptionnel mis en place dans ce quartier parisien depuis les attentats du 13 novembre, la bijouterie Chopard située Place Vendôme (1er arrondissement), a été braquée ce mardi en milieu de journée par deux individus armés de pistolets et de grenades. Aux alentours de 12h40, deux hommes ont fait irruption dans cette boutique qui se trouve à seulement quelques mètres du ministère de la Justice, et sont ressortis quelques minutes plus tard en emportant avec eux un butin dont le montant n'a pas encore été communiqué. 

"Cela a duré entre cinq et dix minutes (…) Un individu est entré dans la bijouterie, il a exhibé une arme à feu afin qu'un deuxième individu entre. Celui-ci a exhibé une grenade", a expliqué aux journalistes Jean-Michel Huguet, du syndicat Alliance. Selon des témoins, les deux malfaiteurs étaient respectivement âgés d'environ 25 et 40 ans, et sont repartis à pied à quelques minutes d'intervalle. 

Seulement quelques semaines après les attentats du 13 novembre, une bijouterie Chopard située à moins de 50 mètres du palais de l'Elysée avait également été braquée par un individu qui était parvenu à s'enfuir avec un butin avoisinant le million d'euros. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !