63% des Français souhaiteraient moins de services publics pour moins d'impôts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
63% des Français souhaiteraient moins de services publics pour moins d'impôts
©

Serrez la ceinture

63% des Français souhaiteraient moins de services publics pour moins d'impôts

C'est ce qui ressort d'un sondage BVA pour Les Echos et RTL publié ce vendredi.

Deux Français sur trois (63%) préféreraient payer moins d’impôts et réduire les dépenses publiques. C'est le résultat d'un sondage publié ce vendredi par BVA pour Les Echos et RTL. Il a eu lieu du 5 au 20 décembre, soit avant la conférence où François Hollande détaillait son pacte de responsabilité.

C’est une première. Pendant longtemps, les Français ont été partagés en deux camps d’un poids égal : d’un côté ceux qui réclamaient une augmentation des prestations quitte à augmenter les impôts ; de l’autre, ceux qui se déclaraient prêts à baisser des prestations pour réduire les prélèvements. "On assiste à une prise de conscience qu’il a été beaucoup demandé aux classes moyennes et aux salariés du privé et qu’il est nécessaire de baisser le déficit et la dette ", souligne Gaël Sliman, directeur de BVA Opinion.

Mais les économies voulues par les Français dans les services publics devraient être ciblées. Moins de 10% des Français font une priorité de la culture, la décentralisation, la défense nationale mais aussi l’environnement et des transports publics. La lutte contre le chômage et l’éducation est en revanche jugée prioritaire par plus d’un Français sur deux, devant la santé publique (citée par deux Français sur cinq,) la police et la gendarmerie ainsi que la fiscalité (cités par un Français sur quatre).

Enfin, les Français portent un regard sévère sur l’efficacité de leurs pouvoirs publics. Si la police et la gendarmerie et la santé sont appréciés par la plupart des personnes interrogées, l’éducation nationale, la lutte contre le chômage et la fiscalité ne sont jugés positivement que par respectivement 31 %, 24 % et 16 % des sondés. 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !