54% des Français approuvent la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
54% des Français approuvent la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière
©TIZIANA FABI / AFP

Economie

54% des Français approuvent la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière

En revanche, 56% estiment que la politique fiscale du gouvernement est "mauvaise", selon un sondage Odoxa.

Selon un sondage Odoxa réalisé pour Les Echos et Radio classique et publié ce lundi 18 septembre, 54% des Français approuvent la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière. "La formulation de la question compte beaucoup. L'idée d'une suppression de l'ISF est toujours rejetée par les Français. En revanche, s'il s'agit de remplacer l'ISF par l'impôt sur la fortune immobilière voulu par Emmanuel Macron, alors il y a un terrain favorable", explique aux Echos Céline Bracq, cofondatrice et directrice générale d'Odoxa. 70% des interrogés approuvent également la suppression de la taxe d'habitation, la limitation du dispositif immobilier Pinel aux zones très tendues (60 % d'avis positifs) ou encore la mise en vente des participations de l'Etat dans des entreprises non stratégiques (58 %).

La politique fiscale du gouvernement est "mauvaise"

En revanche, la politique fiscale du gouvernement est jugée durement par les Français. Pour 56 % des sondés, elle est "mauvaise", soit une hausse de 6 points par rapport au mois de juillet. "Aux yeux des Français, Emmanuel Macron n'arrive pas à dessiner le chemin sur lequel il veut les amener", détaille Céline Bracq. "Les Français continuent de percevoir la politique fiscale comme globalement plus favorable aux riches. C'est ennuyeux pour Emmanuel Macron, dont l'électorat venait en majorité de gauche", ajoute-t-elle. Sont également rejetés par les Français : la nouvelle fiscalité à 30 % pour les contrats d'assurance vie supérieurs à 150.000 euros (62%) et l'imposition du PEL à 30 % (82 %).

>>> À lire aussi : Emmanuel Macron de plus en plus président mais de moins en moins proche de leurs préoccupations aux yeux des Français

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !