43 morts dans un accident de car en Gironde, pour Manuel Valls : "c'est un choc terrible pour la France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le car s'est embrasé après le choc contre le camion, seules sept personnes ont pu survivre à ce drame.
Le car s'est embrasé après le choc contre le camion, seules sept personnes ont pu survivre à ce drame.
©Reuters

Drame de la route

43 morts dans un accident de car en Gironde, pour Manuel Valls : "c'est un choc terrible pour la France"

Le corps du fils du chauffeur de camion a été retrouvé dans la cabine. Cette collision entre un car et un camion est l'accident de la route le plus grave depuis 1982 en France.

Le bilan s'est alourdi ce vendredi après-midi. 43 personnes ont donc perdu la vie dans un grave accident de la route à Puisseguin (Gironde). Un car et un camion se sont percutés avant de prendre feu, vers 7h30. Les victimes sont, pour la plupart, des seniors qui partaient en excursion dans le Béarn. Elles voyageaient dans le bus et auraient été brûlées vives. Le corps d'un enfant a été retrouvé dans la cabine du camion. Selon RTL, il pourrait s'agir du fils du chauffeur. Avec cette nouvelle victime, le bilan de la collision s'aggrave ainsi et s'élève à 43 décès.


Vue aérienne de l'accident par les caméras de Tf1

Pour le moment, les circonstances du drame ne sont pas éclaircies. Dans un premier temps, le quotidien régional affirmait que le bus avait percuté frontalement le camion dans un virage réputé dangereux. Mais il semble désormais que ce soit le camion qui ait perdu le contrôle de son véhicule. "Le chauffeur du car a tout essayé pour éviter l'accident, mais voyant qu'il ne pourrait pas éviter le camion, il a ouvert les portes du car, ce qui a permis à quelques personnes de sortir" explique Sud-Ouest. Ce dernier fait partie des rescapés. Huit personnes auraient réussi à sortir du bus lors de son embrasement : cinq sont légèrement blessés et trois sont indemnes.

Le préfet de Gironde et de la région Aquitaine Pierre Dartout assure que les blessés vont être acheminés vers le CHU de Bordeaux. Parmi les 49 personnes à bord du bus, huit ont réussi à sortir du piège du brasier, a-t-il indiqué. Le chauffeur du bus fait partie des survivants. Annoncé parmi les morts dans un premier temps, il a en fait été légèrement blessé, indique Xavier Sublett, le maire de Puisseguin. "Il a eu le réflexe salutaire d'ouvrir les portes pour permettre au maximum de passagers de quitter le bus", déclare-t-il.

"À travers la présence des différents élus de ce territoire, je pense tout particulièrement aux maires, qui connaissaient ces victimes, qui ont aussi des proches parmi ces victimes. Nous voulons exprimer notre peine, notre compassion et notre soutien à l'ensemble des familles des proches des victimes", a déclaré Manuel Valls. "C'est une catastrophe effroyable, nous n'avons pas connu une telle catastrophe depuis plus de trente ans. Afin de faire toute la lumière sur les causes de ce drame, des experts de la police ont été dépêchés sur les lieux, et l'enquête sous l'autorité du procureur commence immédiatement", a-t-il ajouté avant de conclure : "C'est un choc terrible pour la France. La France et les Français sont en deuil".

La route sur laquelle a eu lieu l'accident avait été refaite en 2011, explique Jean-Luc Gleyze, le président du département de la Gironde, cité par Sud Ouest. Selon lui, "la chaussée est en bon état et la signalétique conforme".

Depuis la Grèce, où il se trouve en visite officielle, François Hollande a dit "partager le chagrin" des familles de victimes et a précisé qu'il souhaitait"tout savoir sur les circonstances" de l'accident. Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Alain Vidalies se sont pour leur part rendus sur place.


DIRECT #Puisseguin - Beaucoup de monde sur place dans le village, site de l'accident bouclé Photo @sylvynpetitjeanpic.twitter.com/MycOYAgogu

La BBC consacre, elle aussi, un reportage sur l'accident :

Lu sur Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !