35 enfants et 16 mères rapatriés des camps en Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Claire Hédon
Claire Hédon
©LUDOVIC MARIN / AFP

Mineurs

35 enfants et 16 mères rapatriés des camps en Syrie

Avant ce dernier rapatriement, il restait près de 200 mineurs et 80 mères dans des camps

 Le Quai d’Orsay annonce ce mardi dans un communiqué de presse que "La France a procédé ce jour au retour sur le territoire national de 35 enfants mineurs français qui se trouvaient dans les camps du nord-est de la Syrie".

"Cette opération inclut également le retour de 16 mères en provenance de ces mêmes camps".

"Les mineurs ont été remis aux services chargés de l’aide à l’enfance et feront l’objet d’un suivi médical. Les mères ont été remises aux autorités judiciaires compétentes".

"La France tient à remercier les autorités locales du nord-est syrien pour la coopération qui a rendu possible cette opération" indique aussi le communiqué.

"Ces 35 enfants s’ajoutent aux 126 enfants dont les parents avaient rejoint des territoires repris à l’Etat islamique déjà rapatriés en France depuis 2016. Avant ce dernier rapatriement, il restait près de 200 mineurs et 80 mères dans des camps du Nord-Est syrien contrôlés par les Kurdes, où les conditions de vie sont « épouvantables » selon l’Onu. Le 14 décembre 2021, une Française âgée de 28 ans, diabétique, était morte, laissant orpheline une fillette de six ans" écrit Le Parisien.

"Contrairement à d’autres pays européens, la France maintenait une politique décriée de retours au compte-gouttes, des enfants uniquement, alors que les conditions de vie sur place sont « épouvantables » selon l’ONU." ajoute Le Parisien.

"La défenseure des droits Claire Hédon réclame le rapatriement des enfants français en Syrie. Dans une interview publiée lundi soir par Le Parisien, elle a estimé qu’il fallait « accélérer » sur le sujet". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !